VIDEO. Souvenirs d'Eurovision: Avec Amina «la France métissée» a été première ex aequo en 1991

SERIE 5/5 Cette semaine, « 20 Minutes » recueille les souvenirs d’anciens participants du concours. Ce vendredi, Amina Annabi, qui a représenté la France à Rome en 1991 et a presque gagné…

Fabien Randanne

— 

Amina Annabi a représenté la France à l'Eurovision 1991, à Rome.
Amina Annabi a représenté la France à l'Eurovision 1991, à Rome. — Capture d'écran escLIVEmusic1
  • Amina Annabi a représenté la France à l'Eurovision 1991 organisé à Rome (Italie).
  • Elle a coécrit sa chanson, « Le dernier qui a parlé » en pleine guerre du Golfe. Son morceau mêle accordéon et accents arabisants.
  • Au bout du suspense, la France a terminé à la première place ex aequo avec la Suède, mais le règlement qui a départagé les deux chanteuses a été en défaveur d'Amina.

« On m’a dit : "Si tu gagnes, tu es française, si tu perds, tu es arabe." » Amina Annabi se remémore cette phrase avec un sourire dans la voix, mais l’anecdote rappelle que les origines tunisiennes de la candidate de la France à l’Eurovision 1991 avaient nourri quelques polémiques. « On représentait la France métissée, à cette époque-là, tout était possible, je ne sais pas si on pourrait le refaire aujourd’hui », s’interroge la chanteuse.

1991, c’est la génération « Touche pas à mon pote ! », en plein milieu du second mandat de François Mitterrand. Le président, Amina l’a croisé par hasard, aux Jardins de l’Observatoire. « Un ami journaliste me l’a présenté. Je lui ai donné mon dossier de presse et il m’a dit : "Eh bien gagnez maintenant !" ». Je n’oublierai jamais. »

« Une chanson politique »

A quelques milliers de kilomètres de là, la Guerre du Golfe fait rage. « Dans les médias, on parlait de frappes chirurgicales. J’ai coécrit, avec Wasis Diop, Le Dernier qui a parlé dans ce contexte-là, souligne l’artiste. "Dis-moi au nom de quelle nation tu lèves le ton dans ma maison", disent les paroles. Cette chanson a une dimension politique avec des consonances arabes, sénégalaises, des arrangements un peu baroques… »

C’est ce morceau qu’elle chante, le 4 mai, sur la scène du Studio 15 de Cinecitta, à Rome. « C’était incroyable ! Pour moi, c’était un rêve d’être là où ont tourné ces grands noms du cinéma italien comme Fellini. » Le scénario de cette finale de l’Eurovision est quant à lui digne du grand écran. Une énumération de « twelve points », secouée de rebondissements.

La grosse colère de Léon Zitrone

Les Israéliens prennent d’abord la tête avant que la Suédoise, Carola, ne les détrône. Amina engrange les points et se maintient dans les hauteurs du classement, en embuscade. « Je me souviens d’avoir été très étonnée de recevoir les 12 points du jury israélien. Je me suis levée spontanément pour embrasser les candidats d’Israël. Il y avait beaucoup d’optimisme, de fraternité », se remémore-t-elle. Puis c’est au tour du jury italien de dévoiler ses points : les Transalpins n’ont donné aucun point à la Suédoise… mais en ont attribué 12 à la Française. Flottement dans l’assistance : les deux chanteuses terminent première ex aequo avec 146 points.

Un nouveau règlement, entré en vigueur deux ans plus tôt, les départage : Carola s’impose car elle a reçu davantage de « 10 points » qu’Amina. Léon Zitrone, qui commente le concours pour Antenne 2, est dans tous ses états. « Je l’ai vu quelques instants plus tard, il était dans un état de nerfs pas possible. Il a piqué une colère noire. C’était très drôle », s’amuse la candidate tricolore qui, elle n’a pas du tout vécu cet épilogue comme une injustice : « On ne s’imaginait même pas être dans le top 10. » Alors cette deuxième place a quand même un goût de victoire.

« La gagnante a tourné les talons quand je suis allée la féliciter »

En revanche, Amina a mal vécu l’attitude de la gagnante. « Carola a tourné les talons quand je suis allée la féliciter. C’était un peu dur. A l’époque, je l’avais pris pour une forme de racisme et j’en avais d’ailleurs dit deux mots dans un journal anglais, se souvient-elle. Et puis, dix ans plus tard, alors que je donnais un concert en Suède, elle est venue me voir avec un grand bouquet. J’ai été très touchée par ce geste. Comme quoi, il y a parfois des malentendus. »

Ironie de l’histoire, Le dernier qui a parlé a été un grand succès au pays de Carola. « J’ai vraiment un lien particulier avec la Suède, insiste Amina. J’ai monté un groupe là-bas, Pajala Tatawin, et j’ai tourné avec le Norrbotten Big Band. » La chanson a voyagé dans le monde entier. Amina Annabi n’a pas gagné l’Eurovision mais au-delà d’être française, tunisienne, européenne ou arabe, elle a validé son passeport d’artiste cosmopolite.

Amina Annabi travaille actuellement sur un nouvel album en français. Ses compositions récentes sont à retrouver sur sa chaîne YouTube, Amina Annabi Officiel.