Les jeux en réalité virtuelle vont-ils ressusciter les salles d’arcade en réalité réelle?

JEUX VIDEO Déjà deux salles dédiées aux jeux en VR ont ouvert à Lyon et Paris...

Benjamin Chapon

— 

La salle d'arcade VR Mindout a ouvert à Paris
La salle d'arcade VR Mindout a ouvert à Paris — Nicolas Meunier
  • Deux salles d’arcade spécialisées dans les jeux en réalité virtuelle viennent d’ouvrir
  • La France est en retard sur cette tendance par rapport au Canada, par exemple
  • Plusieurs événements mettent en avant les créations artistiques utilisant la VR

Un peu partout en France, les cybercafés puis les magasins de cigarettes électroniques ont depuis longtemps remplacé les glorieuses salles d’arcade où les ados des années 1990 éclusaient leurs stocks de pièces de cinq francs à essayer de battre le record de RICO22 ou XXXAVIER à Time Crisis, Outrun ou Street Fighter.

Plusieurs sociétés espèrent relancer la mode des lieux dédiés aux jeux vidéo grâce au développement, timide mais réel, des jeux en réalité virtuelle.La société Spirit cite l’étude SELL/Gfk « Les Français et le Jeu Vidéo » selon laquelle 49 % des Français ont envie de tester la réalité virtuelle et seulement 9 % ont déjà pu s’y essayer.

Oculus Rift, HTC Vive et Playstation VR, le grand match virtuel

« De nouveaux centres, ou salles d’arcade de réalité virtuelle ouvrent chaque semaine à travers le monde, en Amérique du Nord, en Asie et dans certains pays d’Europe, explique Charles Haros, chef de projet pour Spirit. La France reste en retard sur ce type d’activités. » En mars 2017, Spirit a ouvert Destination VR, à Lyon, un lieu où l’on peut s’essayer à plusieurs jeux équipés du casque HTC VIVE. A Paris, la première salle d’arcade dédiée à la VR, MindOut a ouvert fin avril 2017. Comme à Lyon, la jauge est assez limitée, ces lieux peuvent difficilement accueillir plus de 20 personnes à la fois. L’un et l’autre proposent aussi bien des jeux que des « expériences artistiques immersives. » On peut ainsi explorer le mode VR de Google Earth ou s’essayer à des jeux comme Hover Junkers ou Space Pirate Trainer. Leurs catalogues s’enrichiront naturellement avec le temps, promettent les responsables.

Montréal en pointe

Si le phénomène est encore très discret en France, les Etats-Unis ou le Canada sont en pointe. A Montréal, il y a déjà dix salles d’arcade où l’on peut jouer à des jeux vidéo avec un casque VR. « Il y a deux écueils au développement de la réalité virtuelle domestique, analyse Phoebe Greenberg, directrice du Phi Centre. Le prix des casques, encore assez élevés, et la peur de la technologie. Les gens sont curieux mais ils ont une appréhension à faire ça seuls chez eux. Quand on a le casque, on est dans le noir, on est isolés. »

Björk nous donne trois conseils pour essayer de comprendre ses chansons

A Montréal, le Phi Center, lieu pluridisciplinaire dédié aux arts et technologies actuelles, mais aussi la SAT (Société des Arts Technologiques) ont été en pointe pour proposer des expériences VR à leurs visiteurs. Fin 2016, la Fondation DHC/ART, émanation du Phi Centre, a accueilli l’exposition de Björk présentant plusieurs vidéos musicales en réalité virtuelle. « Au début, nous présentions aussi bien des jeux que des créations pointues, explique Phoebe Greenberg. Aujourd’hui, il y a un marché pour les salles avec des jeux grand public. Mais de notre côté, nous continuons à explorer les expérimentations artistiques. »

De l’art en attendant les jeux

En France, en attendant un éventuel débarquement en masse de salles d’arcade en VR, ce sont des lieux comme la Gaîté Lyrique, le MK2 VR (salle d’arcade VR du MK2 Bibliothèque) ou, bientôt, l’Institut du Monde Arabe (avec l’expérience The Enemy conçue par le photojournaliste Karim ben Khelifa) qui accueille des expériences en réalité virtuelle pour le public. Les événements qu’ils organisent associent jeux vidéo et propositions artistiques pointues. Ce sera le cas de Kaleidoscope Volume II, le plus grand festival de réalité virtuelle, les 28 et 29 avril 2017 au MK2 VR. Le programme encourage les projets d’artistes indépendants qui « installent définitivement la réalité virtuelle en tant que forme d’art », selon les organisateurs.

« Il faut s’habituer petit à petit à l’expérience, expliquait un technicien Sony venu présenter à la rédaction de 20 Minutes un jeu Playstation en réalité virtuelle pour les joueurs. Certains ont la nausée assez vite, mais avec le temps, ça passe. Les utilisateurs préfèrent des expériences courtes pour l’instant. C’est pour ça que les gamers sont encore circonspects. » Ainsi, les films du festival Kaleidoscope durent, pour l’essentiel, moins de 15 minutes, et les deux salles d’arcade VR désormais ouvertes en France proposent des créneaux de moins d’une heure.

Voir des gosses passer leurs mercredis après-midi à la salle d’arcade VR, c’est pas encore pour aujourd’hui.