Prince: Pluie d'hommages et de querelles, un an après sa mort

HOMMAGE Ses fans ne l'ont pas oublié...

N. Se. avec AFP

— 

Une fan est venue rendre hommage à Prince le 21 avril en touchant cette étoile représentée sur le mur du First avenue, club de Minneapolis où a été tourné le clip de
Une fan est venue rendre hommage à Prince le 21 avril en touchant cette étoile représentée sur le mur du First avenue, club de Minneapolis où a été tourné le clip de — Elizabeth Flores/AP/SIPA

Une journée sous le signe du violet, la couleur fétiche du chanteur. Les ponts, stades et autres monuments emblématiques de Minneapolis seront teintés de violet jusqu'à dimanche en la mémoire de son "fils prodige", qui vivait encore malgré son immense succès dans sa ville natale du Minnesota, dans le nord des Etats-Unis.
"Prince et ses talents extraordinaires ont incarné une ère musicale et fait connaître le Minnesota au monde" entier, a déclaré le gouverneur de l'Etat, Mark Dayton, en annonçant que le 21 avril marquerait désormais le "Jour de Prince".

Le hashtag #princeday a depuis émergé sur Twitter. Difficile semble-t-il pour les fans, de réaliser qu'une année a déjà passé depuis la disparition du maître de la pop.

Hermétiquement protégée des regards des curieux et longtemps enrobée d'une aura mystérieuse, la résidence de Prince, Paisley Park, est au coeur des festivités, payantes, avec des concerts, tables rondes et une grande soirée prévue au rythme funk de l'auteur de "Purple Rain". Le grand-père du funk, George Clinton, 75 ans, avait donné le coup d'envoi jeudi avec un concert, aux hommages organisés tout au long du weekend sous la bannière "Celebration".

Une journée hommage assombri par des querelles d'héritage

Derrière les festivités plane toutefois l'ombre des querelles surgies après la mort soudaine du chanteur à 57 ans, d'une overdose accidentelle de puissants médicaments antidouleurs. La star n'a laissé ni testament, ni enfants, mais des dizaines d'héritiers potentiels se sont rapidement fait connaître.
Un juge vient d'ordonner, à la demande des héritiers, la suspension temporaire d'un mini-album (EP) de six titres, "Deliverance", qui devait sortir vendredi, à l'occasion de ce premier anniversaire. C'est un ingénieur du son ayant travaillé avec Prince, George Boxill, qui avait prévu de commercialiser ces morceaux enregistrés entre 2006 et 2008.

>> A lire aussi : L’EP posthume de Prince ne sortira pas vendredi

Au coeur de cette dispute, des revenus potentiellement très juteux. Les ventes de Prince ont explosé après sa mort: c'est l'artiste qui a vendu le plus de disques en 2016, tous albums confondus, selon la société Nielsen Music, avec 2,23 millions d'albums aux Etats-Unis, devant la Britannique Adele et ses 2,21 millions de disques pour "25".
Depuis sa mort, ses frères et soeurs qui gèrent son patrimoine se sont associés à Warner pour rééditer son album mythique de 1984, "Purple Rain", ainsi qu'un disque de titres inédits autour de la date de son anniversaire, le 7 juin. Ils se défendent pourtant d'être trop gourmands, assurant avoir seulemet besoin de revenus pour entretenir les biens de Prince et payer les impôts...