Pro-Mélenchon, anti-Le Pen: Les stars américaines «veulent leur revanche de l'élection de Trump»

POLITIQUE Outre-Atlantique, plusieurs personnalités ont pris position ces derniers jours sur l'élection française. Pour certains experts en politique américaine, ce n'est pas vraiment une surprise...

Fabien Randanne
— 
Pamela Anderson et Jean-Luc Mélenchon.
Pamela Anderson et Jean-Luc Mélenchon. — Janette Pellegrini / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP // SERGE POUZET/SIPA

Pamela Anderson appelle les Français à voter pour Jean-Luc Mélenchon. Mark Ruffalo et Danny Glover cosignent une tribune en faveur de ce même candidat. Cher s’inquiète de l’éventuelle élection de Marine Le Pen. L’humoriste John Oliver nous demande de faire barrage à la candidate frontiste… Ces derniers jours, la rubrique people rencontre les pages politiques, quitte à déconcerter les franchouillards que nous sommes.



« On ne s’attendait pas à mettre dans un même titre Pamela Anderson et Mélenchon », s’amuse Maëlle Brun, chef du service people de Closer en soulignant que « contrairement aux présidentielles de 2007 et 2012, peu d’artistes français se sont officiellement engagés pour un candidat. » Ils ont laissé leurs collègues d’outre-Atlantique faire le job.

« Beaucoup ont compris que Le Pen est le double français de Trump »

« Habituellement, c’est vrai, les stars américaines ne prennent jamais position sur les élections françaises. Mais là, c’est un scrutin qui intéresse le monde entier car la figure de Marine Le Pen est au centre des questions et beaucoup ont compris qu’elle est le double français de Donald Trump. Pour ces personnalités, c’est une manière de revivre leur présidentielle et de prendre une forme de revanche par procuration », note l’historien François Durpaire, spécialiste des questions américaines.

Sa consœur historienne, Nicole Bacharan, également experte en politique américaine est du même avis : « Ils ont envie de refaire le match. Toutefois, ils connaissent mal le programme de Jean-Luc Mélenchon à côté de qui Bernie Sanders [qui avait brigué l’investiture du parti démocrate face à Hillary Clinton] est un modéré. De l’autre côte de l’Atlantique, il incarne la révolte contre l’ordre économique. »

« Pamela Anderson est has been aux Etats-Unis »

« Je pense que les 54 % du pays qui n’ont pas voté pour Trump vivent une sorte de stress post-traumatique, abonde Jon Frosch, critique cinéma au Hollywood Reporter. Malheureusement, je ne suis pas sûr que des stars comme Mark Ruffalo ou Danny Glover, connaissent suffisamment bien la France, ses personnalités politiques et son système électoral pour être légitime à signer ce genre de pétition. »

« Danny Glover, un peu oublié, est très engagé, notamment sur les questions d’environnement, il a déjà été très laudateur sur Chavez, fait remarquer Philippe Corbé, journaliste de RTL en poste à New York. L’engagement le plus prestigieux est, je pense, celui de Mark Ruffalo, qui est apprécié aux Etats-Unis à la fois par un public élitiste et par un public plus mainstream. Il s’est engagé clairement, et de façon répétée pour Sanders, puis pour Clinton - ou plutôt en appelant à voter contre Trump. Sa voix compte, mais c’est la seule. »



D’ailleurs, le reporter français invite à ne pas mélanger toutes les prises de positions. Pamela Anderson est « totalement has been et plus personne n’en parle » aux Etats-Unis, avance-t-il. Cher, elle, est une « icône calfeutrée dans sa villa de Malibu, qui tweete parfois simplement en regardant la télé. Je pense qu’il ne faut pas voir dans son tweet un engagement à proprement parler, mais plutôt un commentaire ».

Aucune incidence sur le choix des Français

Pour Nicole Bacharan, l’avis des peoples n’aura aucune incidence notable sur le choix des électeurs français. « Les gens sont surtout exténués, ils ont du mal à se décider. Je doute que les positions prises par une star américaine les aide en quoi que ce soit. »

De même, il ne faudrait pas penser que le fait que des acteurs de blockbusters parlent de Mélenchon et de Le Pen témoigne d’une obsession américaine pour la présidentielle tricolore. « Tout comme les Français ne s’intéressent par exemple que de façon très lointaine à la politique chinoise, alors que c’est un enjeu crucial, les Américains ne perçoivent souvent que les échos lointains de la campagne française », rappelle Philippe Corbé. Il n’empêche, on va continuer de guetter un peu le compte Instagram de Kim Kardashian, au cas où elle posterait un émoji pro-Cheminade…