Quand Sarkozy (fils) met le feu à la France du rap

Nadia Daam

— 

La Seine Saint-Denis, «c'est d'la bombe bébé». Ok, mais Neuilly-sur-Seine alors? Ce côté moins obscur de la banlieue parisienne est un peu plus dans la place et c'est «grâce» à Pierre Sarkozy, alias Mosey. La petite sphère du rap français bruisse déjà de cette rumeur qui n'en est plus une: l'aîné des fils du Président fait du rap. Sa page Myspace, qui existe pourtant depuis 2006, atteint depuis peu des records de visite. Mosey et son collectif auraient entre autres déjà été crédités sur le DVD de Jamel Debbouze «100% Debbouze». Plus discret que son frère Jean, Pierre Sarkozy vient de sortir d’un anonymat tout relatif au moment où le rappeur Poison révèle que l’un des titres de son album a été composé par le fils du Président. Interviewé sur la radio Générations, le rappeur révèle que quand il a appris la véritable identité de Mosey, il a d’abord «pété un câble» avant de se raviser. «C’est mon pote, j’assume», a-t-il affirmé dans le dernier numéro de Technikart.

Un imposteur pratiquant l'entrisme

Un Sarkozy dans le milieu rap. La nouvelle n’est évidemment pas du goût de tout le monde, surtout depuis décembre 2005, quand Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, s’en est pris aux rappeurs, qui «lancent des appels à la haine». Dans Libération, Stéphanie Binet rapporte que la rappeuse Casey a ouvert les hostilités lors d’un concert: «Le fils de Sarkozy essaie de nous refiler ses prods sous le nom de Crime Chantilly, faites gaffe». La blogosphère a, elle aussi, très vite choisi son camp. Les attaques sont violentes: Poison y est plus ou moins présenté comme un traître et Mosey comme un imposteur pratiquant l’entrisme.

Contacté par 20minutes.fr, le PDG de la radio rap référence Générations, Bruno Laforesterie, s’étonne de la polémique suscitée par l’«outing» de Pierre Sarkozy, qui n’aurait selon lui pas «cultivé le secret», mais serait juste resté discret sur ses activités. Quant au rappeur Poison, à l’origine du buzz, «l’affaire aura au moins le mérite de faire parler de lui, ce qui est toujours bon à prendre». Et Laforesterie de rappeler que de nombreux artistes, de rap notamment, ne sont pas issus des ghettos et que cela n’a empêché en rien leur ascension ou la reconnaissance par leur pairs. A l’image de Rockin’ Squat (frère de Vincent Cassel, et fils de, donc), le collectif Kourtrajmé (dont fait partie le fils de Costa Gavras), ou encore le producteur de reggae Frenchie (fils de Claude Allègre).

«Les rappeurs sont adultes»

«Le rap est un mouvement musical générationnel, pas géographique. Si ce que Mosey propose est bon, il n’y a pas de raison pour que les portes lui soient fermées, affirme Bruno Laforesterie. Les rappeurs sont adultes, à eux de faire le bon choix». Dans son numéro de décembre, Teknikart consacre trois pages à «MC Pierre Sarkozy». Le magazine révèle que ce dernier devrait collaborer au prochain album de M. Pokora, tout comme Timbaland. Quant à la rumeur concernant une collaboration avec Doc Gynéco, rien ne permet aujourd’hui de la confirmer, même si, comme l’affirme Bruno Laforesterie, le Doc serait «bien inspiré de faire appel à Mosey».

>>> «Le rap doit-il venir uniquement des banlieues?» Retrouvez l'interview d'Olivier Cachin, spécialiste du rap français...