«Harry Potter»: Une théorie sur la mort du professeur Rogue affole les fans

WEB Le spécialiste des potions a-t-il effectivement été tué par le serpent de Lord Voldemort ? Un internaute en doute…

20 Minutes avec agence

— 

L'acteur Alan Rickman dans la saga «Harry Potter»
L'acteur Alan Rickman dans la saga «Harry Potter» — capture d'écran

Une question capitale posée par un internaute agite actuellement la communauté des fans de la saga Harry Potter : est-on certain que le Professeur Severus Rogue a bien été tué par le serpent de Lord Voldemort dans Harry Potter et les Reliques de la Mort ?

Rien n’est moins sûr pour un utilisateur de Reddit, qui a de sérieux doutes et l’a fait savoir, en lançant une incroyable théorie. Elle fait beaucoup réfléchir les amateurs des aventures du jeune sorcier imaginées par J.K. Rowling. Et comme l’a repéré RTL, l’internaute ne manque pas d’arguments pour convaincre les plus sceptiques.

Pas de dépouille

Ainsi, alors qu’après le combat sans merci, les corps des victimes sont placés dans une salle de l’école de Poudlard, celui du personnage joué par Alan Rickman dans les adaptations cinématographiques n’apparaît pas. Alors que sa dépouille fait partie de celles que les héros auraient dû vouloir retrouver en priorité vu le rôle joué dans leur triomphe par l’enseignant.

Pour les mêmes raisons, l’esprit de Severus Rogue devrait faire partie de ceux qui entourent Harry Potter grâce à la pierre de résurrection qu’il utilise lors de son affrontement final avec « celui dont on ne doit pas prononcer le nom ». Sans oublier que, en tant que spécialiste des potions, Severus Rogue devait forcément posséder un antidote au venin du serpent qui l’a tué.

>> A lire aussi : Il assure qu’il ne lira jamais «Harry Potter», un libraire lui envoie le tome 1 ligne par ligne sur Twitter

De là à imaginer que le personnage est en fait tout ce qu’il y a de plus vivant, il n’y a qu’un pas, que DerGottKaiser n’hésite donc pas à franchir. Pour l’heure, J.K. Rowling n’a fait aucun commentaire sur les spéculations de son lecteur assidu à l’imagination débordante.