Preview BD: «Power Rangers» détonne en comics en attendant le film

BD Les éditions Glénat et «20 Minutes» vous présentent les premières pages de l'adaptation dessinée d'une des séries télévisées les plus populaires au monde…

Olivier Mimran

— 

Extrait de Power Rangers tome 01
Extrait de Power Rangers tome 01 — Mighty Morphin Power Rangers Volume One TM & © SCG Power Rangers LLC. © 2017 Editions Glénat

Angel Grove, Rita Repulsa, Zordon d’Eltar… Si ces noms exotiques évoquent quelque chose pour vous, c’est que vous êtes trentenaire et qu’enfant, vous vous êtes shootés - comme des millions de vos camarades - à la kitschissime série télé Power Rangers (multidiffusée, au début des années 1990, par TF1 dans le Club Dorothée). Mais si vous pensiez ne plus jamais avoir à subir les gesticulations de ces super-héros colorés, vous allez déchanter : un nouveau film leur est consacré, qui sortira en France le 5 avril. Et avant ça, c’est en comics que ressuscitent nos jeunes défenseurs de la Terre…

Sauf que cette adaptation graphique est - heureusement ! - bien meilleure que la série dont elle est inspirée !

20 Minutes a demandé à son scénariste, l’américain Kyle Higgins, comment il s’était approprié les « Mighty Morphin Power Rangers ». Retrouvez son témoignage à la suite de la Preview ci-dessous. Bonne lecture.

Résumé de l’éditeur : Bienvenue à Angel Grove, le monde des Power Rangers et des attaques hebdomadaires de monstres géants ! Tommy Oliver était un gamin comme les autres avant que Rita Repulsa ne prenne son contrôle et fasse de lui le Power Ranger vert. À présent affranchi de son emprise, Tommy essaie de retrouver une vie normale, combinant ses activités de lycéen et de héros. Il se rend compte qu’il n’est pas plus facile de se faire de nouveaux amis que de combattre des hordes de monstres…
 

À LIRE AUSSI >>> «VIDEO. Les Power Rangers sont de retour en mode super-héros»

Un concept plutôt ringard

À celles et ceux qui n’auraient rien compris à l’introduction, il convient d’expliquer le phénomène « Power Rangers » : adaptée des séries japonaises Super Sentai (à destination de la jeunesse, elles mettent en scène des super-héros nippons dans des productions bon marché), la franchise télévisuelle américaine s’articule autour d’une équipe d’ados supposés protéger la Terre de créatures maléfiques. Depuis 1993, 23 saisons ont été tournées et ont littéralement cartonné dans le monde entier. Chaque épisode propose au moins une bagarre (aux effets spéciaux super-ringards puisque ce sont des séquences japonaises qui sont, contractuellement, intégrées aux productions américaines) entre les Power Rangers - dont chacun arbore une couleur unique -, aidés ou pas de leurs Mégazords (des robots gigantesques), et tout un tas de méchants pas beaux.
 

Fan de toujours…

En gros, Power Rangers s’adresse plutôt aux moins de 12 ans. Et aux adultes nostalgiques, comme le scénariste Kyle Higgins : « J’étais super-fan de la série télévisée quand j’avais 8 ans. Dans les années qui ont suivi, j’ai souvent pensé qu’il serait cool qu’on modernise les Power Rangers dans un comic book. Je me disais que c’était le médium idéal pour s’affranchir des contraintes techniques de la série tv ». Et c’est exactement ce qu’il fait aujourd’hui, en collaboration avec le dessinateur indonésien Hendry Prasetya. « Quand j’ai appris que les gens de Boom ! Studios (l’éditeur américain du comics) souhaitaient tirer une nouvelle série dessinée de la licence Power Rangers, j’ai envoyé un mail à leur directeur éditorial en lui demandant qui je devrais tuer pour avoir la chance de participer à l’écriture du projet (rires). »

On imagine que travailler sur un tel titre, qui obéit à des codes assez stricts, comporte pas mal de contraintes ? « Pas du tout, s’insurge Kyle Higgins. Mes éditeurs m’ont accordé leur pleine confiance, ils m’ont même poussé à m’affranchir des codes de la série. Du coup, ce qu’on produit est une sorte de mix entre les composantes qui ont fait le succès des Power Rangers d’origine et un contexte différent, plus ancré dans notre époque ». De fait, on n’est pas largué quand on connaît la série : si nos cinq ados rangers et leurs Zords (ces robots gigantesques à bord desquels ils combattent leurs ennemis les plus coriaces) sont bien présents, ils affichent effectivement un dress code et des coupes de cheveux plus actuels…
 

Le sixième homme

Vous avez lu cinq ? Pardon : les Power Rangers sont six dans ce premier volume. Et c’est d’ailleurs grace au personnage de Tommy, la « pièce ajoutée » (accessoirement le Ranger vert), qu’Higgins bâtit un arc moins lisse, moins cliché, plus crédible quoi, en comparaison avec ce à quoi nous avait habitués la série télé. « La série débute juste après qu’il a échappé au contrôle mental de Rita et a rallié les Power Rangers », confirme le scénariste. Mon premier arc s’interroge donc sur ce qu’on peut ressentir quand on devient le « petit nouveau » d’un groupe déjà soudé, et la difficulté pour les membres de ce groupe d’intégrer ce « petit nouveau ». Quiconque a dû changer d’école enfant sait combien cette expérience peut être bizarre, parfois pénible. »

Rassurez-vous, l’album fourmille quand même de grosses bastons bien bourrines, hein. Mais il recèle aussi, et c’est l’un de ses points forts, des séquences de tension psychologique qu’on n’attendait pas dans cet univers. « J’ai écrit le récit que j’aimerais lire : quelque chose qui reste fidèle à ce que j’aimais plus jeune chez les Power Rangers, mais en m’autorisant à explorer certains aspects de la série tv que j’ai trouvés intéressants mais sous-exploités ». Et ça plaît au public puisque l’adaptation dessinée, déjà publiée aux USA, cartonne littéralement. « Le premier numéro a d’ailleurs été le plus gros succès commercial de l’histoire de Boom ! Studios et il continue à se vendre, ce qui est inespéré pour un éditeur indépendant. »
 

Un projet sur le long terme

« Du coup, je viens juste de rempiler pour les dix-huit prochains mois, se réjouit Kyle Higgins. Ça devrait au moins nous amener jusqu’au numéro 36 (outre-Atlantique, les comics sortent en fascicule tous les 15 jours), on a donc encore de quoi s’amuser un moment ! ». En France, la série sera mise en vente une semaine avant la sortie du film très attendu - enfin, par les fans du genre - de Dean Israelite. Ce planning très étudié devrait offrir une belle visibilité à cette série ambitieuse mais pas prétentieuse. C’est bien tout le mal qu’on lui souhaite !

Power Rangers tome 1 « Ranger vert - année Un », de Kyle Higgins & Hendry Prasetya - éditions Glénat Comics, 9,99 euros

En vente le mercredi 29 mars 2017