Preview BD: Le super-héros «Hiroshiman» revient, frais et crado

BD Les éditions Rouquemoute et « 20 Minutes » vous présentent les premières pages d’une intégrale consacrée à l’un des personnages les plus barrés de la BD francophone…

Olivier Mimran

— 

Hiroshiman (extrait)
Hiroshiman (extrait) — © Rifo & éd. Rouquemoute 2017

Si les années 1990 ont produit pas mal de personnages de BD carrément foldingues, le plus improbable d’entre eux fut certainement Hiroshiman, un super anti-héros radioactif si crétin et maladroit que chacune de ses interventions se soldait par une véritable catastrophe.

Créé par Rifo en 1991 - et apparu pour la première fois deux ans plus tard dans le magazine Psikopat - Hiroshiman avait depuis sombré dans les limbes de l’oubli… jusqu’à ce que les jeunes éditions Rouquemoute décident de rééditer l’intégralité de ses (més)aventures, introuvables depuis 20 ans et mises en couleurs pour l’occasion.

Pour 20 minutes, Rifo et Maël Nonet, son éditeur, commentent ce retour à la suite de la Preview ci-dessous. Bonne lecture.

Défenseur des veuves plutôt girondes

Contrer des attaques de puces ou de morpions géants, neutraliser les inventions destructrices de savants encore plus fous que lui, secourir - à leurs risques et périls - la veuve et l’orphelin (enfin surtout la veuve, singulièrement lorsqu’elle est gironde), voilà le quotidien d’Hiroshiman, défenseur irradié de la cité de Mégalopolis. Sauf que comme le loustic est un impénitent gaffeur aux moeurs plutôt légères, ses interventions font plutôt de lui un super-zéro qu’un super-héros. « Avec Hiroshiman, Rifo a inventé un synopsis absurde et efficace, annonciateur d’un futur apocalyptique. Son univers est subtilement trash, certes, mais il est surtout complètement barré », souligne Maël Nonet, fondateur des éditions Rouquemoute.

Une promesse de bonne rigolade

« Hiroshiman a été imaginé et conçu dans un monde qui venait de connaître les accidents nucléaires de Three Mile Island (1979) et de Tchernobyl (1986). Avec la catastrophe de Fukushima en 2011, le personnage a retrouvé une certaine actualité. Et au fond, le monde que dénonçait Rifo de manière absurde au début des années 1990 n’a pas tant changé », constate Maël Nonet. C’est une des raisons pour lesquelles cette réédition augmentée est une petite bénédiction pour les fans de la première heure. « Ceux-là apprécieront le fait que beaucoup d’histoires sont inédites en albums, et que les anciennes sont entièrement retouchées et mises en couleurs, précise le créateur d’Hiroshiman. Quant aux nouveaux lecteurs, je leur garantis qu’ils vont rigoler au moins une fois par page en lisant cette intégrale. »

 

 

Forts de graphismes hyper lêchés, les courts récits qui composent cette intégrale de plus de 100 pages sont, en outre, « un savant concentré de culture 'culte' des séries B et Z, selon Maël Nonet. Car Rifo maîtrise à la perfection l’exagération la plus totale, il va au bout de chaque gag, il voit même au-delà et nous y embarque. Chaque planche fourmille tellement de détails que le plaisir de lecture s’en trouve sans cesse renouvelé ». Bon, il convient quand même de préciser que le livre n’est peut-être pas à mettre entre toutes les mains, hein, parce qu’il fourmille de clins d’oeils parfois coquins, voire carrément osés. « C’est vrai qu’Hiroshiman affronte des monstres et des mutants sur fond d’humour crade et rythmé par les apparitions aléatoires de paires de seins lascives… parce que Rifo a aussi un bon œil pour ces choses-là ».

Financement participatif

Pour mieux s’inscrire dans ce nouveau siècle, Hiroshiman doit sa résurrection au financement participatif puisque c’est une prévente sur Ulule qui a rendu possible l’édition d’une intégrale. Reconnaissant, Rifo reste prudent sur ce genre de procédé : « il y a du pour et du contre. D’un côté, c’est intéressant pour obtenir un fonds de roulement et pour tâter le terrain quand on n’a pas beaucoup d’argent ; de l’autre, c’est très stressant en tant qu’auteur ». Peut-être, mais les objectifs ont été atteints à 135 %. Rassuré, le Rifo ? « Oui, mais il reste à espérer que ce permier volume marchera bien en librairie et que je pourrai me lancer dans la réalisation du second tome ».

Un héros « débile et déglingué »

« Hiroshiman est un monument indispensable d’humour au second, voire au troisième degré !, rappelle Maêl Nonet. C’est un personnage qui a marqué tous ceux qui sont tombés sur ces planches dans les années où elles paraissaient dans Psikopat ». Si ceux-là sont des clients quasiment acquis, le défi, désormais, sera de séduire un lectorat plus jeune. « Nous avons publié une série d’interviews de premiers lecteurs à qui nous avions demandé de décrire la BD en trois mots. Mis bout à bout, ce sont autant d’arguments pour convaincre de nouveaux lecteurs de découvrir l’univers d’Hiroshiman : déglingué, dangereux, drôlissime, hilarant, irradiant, irresponsable, intemporel, choupinet, godichon, lubrique, débile… Tout un programme ! ».

 

Intégrale Hiroshiman tome 1, de Rifo - éditions Rouquemoute, 18 euros

En vente le 14 mars 2017