VIDEO. Eurovision 2017: Une chanson folklo et rap pour la Hongrie

MUSIQUE Joci Pápai défendra les chances de la Hongrie à l’Eurovision à Kiev (Ukraine) en mai…

F.R.
— 
Joci Papai candidat de la Hongrie à l'Eurovision 2017.
Joci Papai candidat de la Hongrie à l'Eurovision 2017. — Capture d'écran YouTube Duna TV

La Hongrie est l’un des rares pays qui n’enverra pas une chanson en anglais à l’ Eurovision cette année. Reste à savoir si le rap folklo de Joci Pápai séduira les oreilles européennes.

L’artiste : Joci Pápai est un descendant des Roms de Hongrie. Il a commencé sa carrière il y a une dizaine d’années, en se faisant connaître dans l’émission Megasztár. Depuis, il a sorti une demi-douzaine d’albums. En février, il a été désigné comme candidat hongrois à l’Eurovision lors d’un concours télévisé. Il chantera Origo (« Origines »).

Chances de victoires : Faibles. S’il y a bien une chanson qui incarne le slogan choisi pour cette édition de l’Eurovision, «  Celebrate diversity » (Célébrez la diversité), c’est bien Origo, chantée en hongrois et en rom. Mélange de rap et de folklore -un cocktail comme l’affectionne l’Eurovision- ce morceau n’est pas vraiment un favori pour les bookmakers. Mais, la dernière fois que la Hongrie a présenté un titre dans sa langue nationale, ça lui avait plutôt porté chance : elle avait fini dixième en 2013. Mais avant la finale, Joci Pápai devra passer par la demi-finale du 11 mai.

Le refrain : « Jálomá lommá, jálomá lommá. Jálomá lommá lomalom. Jálomá lommá, jálomá nédinná. Jálomá lommá, lomálom. » Si quelqu’un a la traduction, on est preneurs. On sait en revanche que la chanson parle d’une histoire d’amour empêchée par les préjugés ethniques, conduisant l’éconduit à ne se fier qu’à Dieu et à la force de la musique.

La Hongrie à l’Eurovision : La première fois de la Hongrie, ce fut en 1994, année où elle a obtenu son meilleur classement, une 4e place. Depuis, elle a participé à quatorze autres éditions, s’absentant certaines années pour des questions financières. Son moins bon résultat : une dernière place en demi-finale en 2008.