ESWC WINTER: On a demandé aux meilleurs gameurs de vous trouver (enfin) pseudo qui déchire

E-sport Est-il encore sage de s’appeler MattDu62 en 2017 ? Joueurs pros et commentateurs d’eSport nous donnent leur avis…

Antoine Magallon

— 

Des fans de jeux vidéo lors d'un tournoi sur "League of Legends", l'un des jeux en réseau les plus pratiqués, le 9 mai 2014 à Paris
Des fans de jeux vidéo lors d'un tournoi sur "League of Legends", l'un des jeux en réseau les plus pratiqués, le 9 mai 2014 à Paris — Lionel Bonaventure AFP

53 % des 10-65 ans jouent régulièrement aux Jeux vidéo. Ce qui représente plusieurs dizaines de millions de joueurs et donc à peu près autant de pseudos à trouver. Si les champions d'eSport présent à Paris ce week-end pour l' ESWC Winter ont généralement des blazes de vainqueurs, les joueurs du dimanche n'ont, eux, pas tous été inspirés au moment de leur baptême numérique. Quel panache y a-t-il à marquer un but dans la lucarne de LaDiablesseDu 13 ?

Pour trouver un patronyme badass, pas la peine de compter sur les générateurs en ligne. Nous avons nous-même demandé, plusieurs fois, aux trois premières occurrences d’un très célèbre moteur de recherche de nous dégoter un petit nom. Ces trois « intelligences artificielles » nous ont alors surnommés : Yumghelgin, Zobinat, Peste violette et j’en passe.

Merci internet.
Merci internet. - Capture d'écran

Pour gagner du temps et de la crédibilité manette à la main, nous avons donc demandé à Vortex et Zeek tous les deux joueurs professionnels de Call of Duty ainsi que Trapa, l’un des commentateurs de l’ESWC Winter 2017 (du 17 au 19 février), de nous donner leurs tips.

Freedom !

« Il faut choisir quelque chose que te plaît, car tu vas toujours être appelé par ce nom. Ensuite c’est bien d’avoir un patronyme qui sorte du commun, de l’habituel, de se démarquer avec des lettres qu’on ne retrouve pas partout », précise Zeek.

Votre pseudonyme peut aussi être le reflet de vos passions et de votre admiration pour un homme ou une femme inoubliable. « Faire référence à une célébrité, à un titre de film ou à une spécificité du jeu sur lequel vous passez du temps peut être cool, explique Trapa. Un Néerlandais est connu sous le nom de Surgical Goblin, (le gobelin chirurgien en français) car le gobelin est une troupe dans Clash Royale. Par contre je déconseillerai de s’inspirer d’un joueur célèbre, cela refléterait un manque de personnalité. »

Traînez, c’est important

« Si je devais donner un conseil, je dirais aux joueurs de prendre leur temps », explique Brandon, alias Vortex, de retour en France après un tournoi à Atlanta. « Ce nom vous allez le garder. A haut niveau vous ne pourrez plus en changer car les gens ne vous connaissent que par votre pseudo. Si vous l’abandonnez vous perdrez toute votre fan base. » Autrement dit, soyez sérieux dès le début, on ne sait jamais où votre talent peut vous mener.

>> A lire aussi : On prépare Noël avec Kayane, la gameuse spécialiste des jeux de combat

Evitez quand même les numéros et blazes à 30 lettres

Oui nous avons commencé ce papier en expliquant que chacun était libre de se baptiser comme bon lui semble. Cependant nous n’avons pas encore parlé de ce combo nom et/ou anglicisme + numéro de commune. Ce poison très répandu chez les gameurs amateurs. « Ce n’est pas une très bonne idée de mettre des informations personnelles sur les réseaux », précise Vortex. « Il faut chercher la facilité, ajoute Zeek. Moi je dis ça en pensant aux commentateurs des tournois, pour qui ce n’est pas facile de devoir dire des noms avec plein de lettres qui n’ont pas à être là, suivis de numéros. » Trapa, qui occupe justement ce poste, est du même avis. « Evitez les pseudos trop personnels, comme Florien 1995 ou FlorienDu95, ils sont assez ringards ».

S’appeler DYlaaaanAllStar50100 n’est donc pas une bonne idée, surtout si votre vrai nom est Dylan, que vous rêvez de toucher les étoiles et que vous adorez Cherbourg.