VIDEO. Grammy Awards 2017: Adele détrône la reine Beyoncé, les Français de Gojira bredouilles

MUSIQUE La chanteuse britannique repart avec cinq trophées, dont l’album et la chanson de l’année…

Philippe Berry
— 
Adele a décroché cinq victoires aux Grammy Awards, le 12 février 2017.
Adele a décroché cinq victoires aux Grammy Awards, le 12 février 2017. — M.SAYLES/AP/SIPA

Coup de tonnerre aux Grammy Awards. De nombreux observateurs s’attendaient à ce qu’Adele et Beyoncé se partagent les prix. Mais dimanche soir, la chanteuse britannique a réalisé un carton plein, remportant cinq trophées. Déjà battue il y a deux ans par Beck, Queen B devra encore patienter pour décrocher un album de l’année.

>> A lire aussi : Revivez la cérémonie en direct par ici

Cinq sur cinq pour Adele

Adele n’était nommée « que » cinq fois mais elle a réalisé un sans-faute, repartant avec cinq trophées. Elle a surtout remporté les trois les plus prestigieux : album de l’année avec 25, vendu à plus de 20 millions d’exemplaires dans le monde, et chanson et enregistrement de 2016 pour son tube Hello.

>> A lire aussi : «Je ne peux pas accepter ce trophée», Adele dédie sa victoire à Beyoncé

Il y a eu un gros moment de flottement quand elle a lancé, au bord des larmes : « Merci, mais je ne peux pas accepter cette récompense. Beyoncé est l’artiste de ma vie, et ton album Lemonade est monumental. Tu es notre lumière. Ce que tu fais ressentir à mes amis, et à mes amis noirs, tu leur donnes la force de revendiquer leurs droits. Je t’aime et je t’aimerai toujours ». A priori, elle a quand même accepté sa récompense.

Adele a connu des émotions fortes toute la soirée. Rendant hommage à George Michael, elle s’est arrêtée en plein milieu de Fast Love, s’excusant : « Est-ce qu’on peut recommencer ? Je peux pas foirer ça pour lui, je suis désolée, je peux pas… » La seconde fois a été la bonne, avec une prestation bien plus convaincante.

Seulement deux victoires pour Beyoncé

Deux sur neuf, le bilan est plutôt maigre pour Queen B. Elle se console avec l’album urbain de l’année et la meilleure vidéo pour Formation. Elle a dédié sa victoire à sa fille, Blue Ivy, et était visiblement préparée, avec un discours écrit sur une carte dorée. « Mon intention avec ce film et cet album était de créer une œuvre pour donner une voix à notre douleur, nos luttes, nos doutes, notre histoire, et de regarder en face ce qui nous met mal à l’aise. »

Enceinte de jumeaux, elle a livré une performance royale sur scène, avec une ode à la maternité et aux mères noires, qui s’est étalée sur près de neuf minutes.

Quatre Grammys pour Bowie

Avec Blackstar, David Bowie s’est imposé à titre posthume dans la catégorie album alternatif. La chanson éponyme a également été distinguée comme le meilleur titre rock.

Chance The Rapper, révélation de l’année

A 23 ans, le rappeur de Chicago a été reconnu comme la révélation de l’année. Surtout, il a battu Drake et Kanye West avec Coloring Book, meilleur album rap. Il a dédié sa victoire à Dieu et à ses parents.

Gojira et Jean-Michel Jarre bredouilles

Le metal français était à l’honneur, avec deux nominations pour Gojira. Malheureusement, leur excellent album Magma s’est incliné face au gentil Tell Me I’m Pretty de Cage The Elephant en rock, et c’est Megadeth, avec Dystopia, qui a été sacré « meilleure performance metal ».

Côté électronique, pas vraiment de surprise : le revenant Jean-Michel Jarre n’a pas pu arrêter l’Australien Flume.