VIDEO. Problèmes de son, humour beauf, impolitesse... Le fiasco en direct des Globes de cristal

MALAISE TV La 11e cérémonie de remises de prix aux artistes et écrivains par un jury de journalistes s’est déroulée lundi au Lido et a été retransmise sur C8…

Fabien Randanne

— 

Artus, qui a coprésenté la céremonie avec Estelle Denis (à dr.), est venu au secours de Catherine Deneuve qui avait un talon coincé dans sa robe, lors de la 11e édition des Globes de cristal, au Lido, le 30 janvier 2017.
Artus, qui a coprésenté la céremonie avec Estelle Denis (à dr.), est venu au secours de Catherine Deneuve qui avait un talon coincé dans sa robe, lors de la 11e édition des Globes de cristal, au Lido, le 30 janvier 2017. — Anthony Ghnassia/SIPA

« J’ai rarement vu dans ma vie une soirée aussi hallucinante de rigueur, de bienveillance… Véronique Sanson chantait devant vous et les mecs continuaient à jacter comme des fientes ! » Fabrice Luchini a fait l’un de ses numéros comme on les aime, lundi, lors des Globes de Cristal, des prix remis par la presse française, devant une salle hilare. C’était sans doute le meilleur (et le seul ?) passage d’une cérémonie, diffusée sur C8 en direct du Lido, qui a enchaîné les instants gênants.

D’emblée, Estelle Denis et Artus - qui n’ont pas démérité - ont dû sortir les rames. Ils ont appelé sur scène le président d’honneur de la cérémonie, Olivier Dassault… qui n’est jamais apparu. « On me dit qu’on vérifie s’il est vraiment là ce soir. Evidemment s’il n’est pas là, il ne pourra pas arriver », a glissé l’animatrice après de longues secondes de flottement. Le duo a alors convié Catherine Deneuve, la présidente du jury, à les rejoindre. L’actrice s’est bel et bien avancée, mais elle s’est retrouvée avec un talon coincé dans sa robe avant d’affronter un problème de micro (quand ça veut pas, ça veut pas).

« Petite fiotte, si t’as des couilles, viens ! »

Laurent Baffie s’est distingué par son humour beauf, pour ne pas dire sexiste et homophobe, lorsqu’il est venu remettre le Globe de cristal du meilleur film étranger en compagnie de la comédienne Saïda Jawad… qu’il a appelée à deux reprises « Aïssa ». Lorsqu’elle lui a fait remarque son erreur, le « sniper » a rétorqué : « Saïda, c’est la même [chose]. J’en ai baisé tellement, j’ai plus de repères. » Il a ensuite apostrophé Teddy Riner, présent dans l’assistance : « Petite fiotte, si t’as des couilles, viens ! » Le judoka est monté sur scène, s’est amusé à se chamailler avec Laurent Baffie qui a persisté avec son obsession pour les gays : « Ce serait pas plus simple que tu nous parles de ton homosexualité ? »

Sur Twitter, les internautes, célèbres ou non, rivalisaient d’imagination pour exprimer leur consternation plus ou moins amusée et bienveillante.

Le compte Malaise TV, qui compile, comme son nom l’indique, les passages les plus malaisants du petit écran, est allé jusqu’à porter l’estocade en tweetant simplement : « Nous sommes en direct sur C8 ».

« Cette soirée est "inconceptualisable" »

Mais c’est Fabrice Luchini qui a dressé le meilleur constat dans une de ses envolées absurdes : « Le début de soirée a été difficile, mais il faut que vous compreniez que la France est un pays qui va bouger parce que, ensemble, ensemble… Le son était médiocre, ne le jugeons pas ! Les gens n’étaient pas très bien élevés, ne les jugeons pas ! Nous sommes ensemble, nous sommes français. […] Chacun sait, au fond de lui, que cette soirée est "inconceptualisable". »

« Je pensais avoir tout vécu en direct mais en fait… non ! Je crois que je me souviendrai toute ma vie de ce plateau », a réagi, amusée, Estelle Denis ce mardi matin sur Twitter.

Les téléspectateurs qui n’étaient pas devant leur poste – l’émission n’a été suivie que par 155.000 personnes – ne pourront hélas pas opter pour le visionnage de rattrapage : C8 ne propose pas de replay de la cérémonie.