Festival d'Angoulême: Cosey sacré Grand Prix 2017

BD L’auteur de BD suisse vient d’être élu à l’issue du vote d’une majorité des auteurs de bande dessinée…

De notre envoyé spécial à Angoulême, Olivier Mimran

— 

Cosey reçoit le Grand Prix à Angoulême le 25 janvier 2017
Cosey reçoit le Grand Prix à Angoulême le 25 janvier 2017 — J.M.NOSSANT/SIPA

Le 44e Festival International de la bande dessinée d’Angoulême ne s’ouvre que demain, mais il a déjà son Grand Prix. Quelques jours après l’annonce d’une short-list de trois finalistes (l'Américain Chris Ware, le Suisse Cosey et le Français Manu Larcenet) à l'élection qui récompense un auteur pour «l'ensemble de son oeuvre», c’est donc Cosey - de son vrai nom Bernard Cosendai - qui est plébiscité par les auteurs et dessinateurs pour succéder au Belge Hermann, Grand Prix 2016.

Cosey en 2007 à Paris
Cosey en 2007 à Paris - ANDERSEN ULF/SIPA

 

Interrogé par 20 Minutes quelques minutes avant de monter sur scène pour recevoir son Prix, l’auteur des séries Jonathan, À la recherche de Peter pan, Le Bouddha d’azur etc n’en revenait toujours pas : «Ça fait des années que des copains auteurs me disent "cette fois, ça va être toi". J’y ai cru longtemps et puis ça n’arrivait pas alors j’ai fini par ne plus y penser. Du coup, j’étais persuadé que je n’avais aucune chance cette année - surtout face à des pointures comme Ware et Larcenet - alors je ne me suis préparé à rien, j’ai continué à travailler dans mon coin.»

Pour être tout à fait honnêtes, nous n’y croyions pas trop non plus.

>> A lire aussi : Pourquoi le Grand Prix du Festival d'Angoulême n'échappera pas à Manu Larcenet

Mais cette consécration n’est pas non plus une surprise totale, tant Cosey fait l’unanimité auprès de ses pairs. Il faut dire que le Suisse a eu le temps de se bâtir une solide réputation puisqu’il a commencé à dessiner en 1966, alors qu’il n’avait que 16 ans ! Qu’il reçoive le Grand Prix du festival d’Angoulême 50 ans après ses débuts - et plus de trente albums plus tard - n’est donc que justice.

Une démarche artistique rare

«Je suis heureux pour lui, ça récompense une oeuvre vraiment considérable et admirable, nous souffle Stéphane Beaujean, actuel directeur artistique du festival. Cosey est un artiste qui a une approche sensible du dessin, qui cherche toujours à capter le regard de son lecteur mais sans étaler sa virtuosité, toujours par le biais du récit. C’est une démarche artistique rare, et qu’il domine totalement. C’est un beau et indiscutable Grand Prix.»

Cosey, lui, commence à peine à savourer : «Ça redonne confiance, confie-t-il à 20 Minutes dans un franc sourire, parce qu’en tant qu’auteur de bande-dessinée, on est seul la plupart du temps. Du coup, on doute souvent de la qualité de son travail. Là, on me dit, de manière détournée, que j’avais tort de douter». Douter de son travail ? Il était bien le seul tant ses livres, qu’ils soient issus de ses séries-phares ou de one-shot, ont toujours conquis un large public, séduit par le message spirituel - voire mystique, écolo, humaniste qu’ils véhiculent presque tous

Un fan nommé... Manu Larcenet

Et lorsqu’on lui rappelle que Manu Larcenet - un de ses plus grands fans - sera peut-être un peu déçu de sa propre éviction, mais fou de joie de voir son idole sacrée (il s’était même «retiré» de la liste des potentiels vainqueurs en 2013 pour «ne pas faire d’ombre à Cosey»), le Suisse, ému, sait déjà ce qu’il va lui dire : «Merci pour ton soutien, Manu, et patience, ce sera ton tour l’an prochain !»

 

Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême, du 26 au 29 janvier 2017