Booba à la CAN, MHD aux Victoires… L’Afro Trap entrera dans le dico en 2017, c’est sûr

MUSIQUE De « Sapés comme jamais » à « A Kele Nta », les tubes de rap afro se multiplient...

Benjamin Chapon

— 

Le rappeur Booba lors de l'inauguration de la Coupe d'Afrique des Nations à Libreville (Gabon) le 14 janvier 2017
Le rappeur Booba lors de l'inauguration de la Coupe d'Afrique des Nations à Libreville (Gabon) le 14 janvier 2017 — GABRIEL BOUYS / AFP

Il y a un an, Sapés comme jamais, de Maître Gims emporte la Victoire de la musique de la Chanson de l’année. En 2017, MHD concourt pour la même récompense avec sa chanson A Kele Nta. Deux chansons d’Afro Trap élues Chanson de l’année d’affilée… On pourrait peut-être commencer à envisager que le genre est en train de devenir sacrément mainstream.

Samedi soir, Booba, qui a pris un virage africain avec ses derniers morceaux (dont DKR, hommage à l’Afrique) et a récemment donné un concert à Dakar, a chanté pour l’ouverture de la Coupe d’Afrique des Nations au Gabon. Avec lui, plusieurs rappeurs français se rapprochent des sonorités, rythmes ou instruments africains. Le mouvement n’est pas jeune, on se rappelle ainsi des albums Mon Afrique en 2007 puis  Africa Forever en 2011 de Mokobé, mais s’accélère depuis le succès considérable engrangé par MHD avec ses six EP de la série Afro Trap.

La filière africaine d’Universal

Dansante et positive, voire naïve, l’Afro Trap de MHD, qui peut faire penser aux tubes du Magic System dans l’intention, a l’immense mérite d’intégrer des instruments et des musiciens africains, et de mêler différents rythmes absolument africains comme le coupé-décalé ou l’azonto. On est bien loin de la musique Trap dans sa version hip-hop américaine, triste et plutôt violente. Le style plutôt urbain, et brutal, de Booba colle beaucoup mieux au terme « trap » que celui de MHD. Peu importe, MHD s’est emparé du terme Afro Trap au nez et à la barbe de rappeurs américains. Le producteur de MHD, Adel Kaddar, a même déposé la marque Afro Trap qu’Universal utilise en licence.

Les millions de vues YouTube des clips de MHD ainsi qu’un début de succès aux Etats-Unis encourage Universal dans la voix africaine que la major emprunte depuis plusieurs années. Vivendi, via Universal et Canal +, investit en Afrique dans le domaine musical. Des salles ont ouvert ou vont ouvrir dans plusieurs capitales africaines et A +, chaîne africaine du groupe Canal + a lancé en 2014 un télécrochet à l’échelle continentale, Island Africa.

L’Afro Trap, porte d’entrée pour les artistes africains en France

Si de nombreux observateurs de la tendance Afro Trap notent que les jeunes rappeurs français ont une meilleure connaissance que leurs aînés de la musique africaine, notamment grâce au développement de YouTube, les producteurs et labels espèrent développer l’audience des talents africains eux-mêmes plutôt que d’importer des rappeurs français à succès. C’est par exemple le cas de Binetou Sylla, directrice du label Syllart Records. D’ailleurs, les récents déboires de Booba au Sénégal, où son insolence et son sens du clash sont mal passés auprès d’une partie du public, et au Gabon, où sa performance en ouverture de la CAN n’a pas soulevé l’enthousiasme, démontrent que les rappeurs français ne peuvent pas débarquer en Afrique en pays conquis.

Mieux, plusieurs producteurs français contactés par 20 Minutes, confessent que le succès de l’Afro Trap de MHD doit préparer le terrain à la prochaine vague d’artistes africains en France.