Mort de David Hamilton : Flavie Flament se dit « estomaquée » par des réactions d’internautes

FAITS DIVERS L’animatrice, invitée de « C l’hebdo » sur France 5 samedi a déploré que « la culpabilité change de camp »…

F.R.

— 

David Hamilton, en avril 2006. Flavie Flament, en août 2011. AFP PHOTO / dpa AND AFP PHOTO / Ingo Wagner AND ALAIN JOCARD / Germany OUT
David Hamilton, en avril 2006. Flavie Flament, en août 2011. AFP PHOTO / dpa AND AFP PHOTO / Ingo Wagner AND ALAIN JOCARD / Germany OUT — AFP

David Hamilton a été retrouvé mort à son domicile parisien le 25 novembre, quelques jours après que plusieurs accusations de viol ont été portées à son encontre. Flavie Flament avait révélé dans son livre La Consolation paru un mois plus tôt qu’elle avait été violée à l’âge de 13 ans. Elle n’a pas cité le nom de l’agresseur, mais des témoignages d’autres victimes recueillis par L’Obs ont explicitement ciblé  le photographe britannique.

Ce samedi, l’animatrice, invitée de C l’hebdo sur France 5 a dit son dégoût face à certains propos d’internautes la concernant. « Je suis encore estomaquée de certaines réactions qui voudraient que les victimes aient condamné à mort un homme, un génie, à la mort », a-t-elle déploré. Et d’ajouter : « La culpabilité change de camp, c’est-à-dire qu’au lieu de montrer du doigt un homme qui a bousillé la vie de centaines de gamines, on va pointer du doigt des victimes qui, un jour, ont fait en sorte que la vérité éclate. »

« Par sa lâcheté, il nous condamne à nouveau au silence »

Ces déclarations font écho à d’autres propos de Flavie Flament « L’horreur de cette annonce ne saura jamais effacer celle de nos nuits blanches », a-t-elle affirmé fin novembre lorsque la mort de David Hamilton a été officialisée. « C’est à elles [aux autres victimes présumées] que je pense. A cette injustice que nous étions en train de combattre ensemble. Par sa lâcheté, il nous condamne à nouveau au silence et à l’incapacité de le voir condamné ».

Flavie Flament mène désormais un combat pour que le délai de prescription soit supprimé pour les affaires de viol. Avant sa mort, David Hamilton avait quant à lui annoncé à l’AFP son intention de porter plainte contre l’animatrice en niant les faits qui lui sont reprochés.