«Dessiner Donjon, c'est bâtir une cathédrale»

Recueilli par Olivier Mimran

— 

Boulet, auteur dessinateur de BD. Il sort un nouveau «Donjon Zénith», la série fleuve de Joann Sfar et Lewis Trondheim dont il a repris le dessin...

Comment décririez-vous l'univers Donjon?

Donjon, c'est un joyeux mélange de références, d'aventure et d'humour... J'aime le côté complexe de cette série tentaculaire, qui repose sur un concept un peu fou et très convivial: plein d'auteurs sont amenés à y participer alors elle se nourrit graphiquement de cette variété. Son seul travers, c'est qu'elle est souvent un peu dure à aborder. Quand on débarque, il y a énormément à rattraper!

Est-ce une «consécration» de participer à cette saga?

Personnellement, je ne l'ai pas vu comme tel. Ça m'a juste fait très plaisir de reprendre une série que j'adorais... Quand on voit autant de gens s'amuser sur un projet, on a envie d'en être !

C'est votre deuxième Donjon Zénith. A-t-il été délicat de vous approprier cet univers?

J'ai essayé de le faire le plus naturellement possible, de ne pas me forcer à aller dans le sens de ce qui avait déjà été fait... Mais j'ai quand même l'impression que ça a été plus facile pour le second!

Comment se déroule votre collaboration avec Sfar et Trondheim?

Joann et Lewis écrivent, puis m'envoient un découpage (l'histoire dessinée sous forme de bonshommes-patates). Après je peux intervenir comme bon me semble dans les cadrages et les plans, et j'ai une grande marge de manoeuvre sur le design des personnages. J'envoie mes planches au fur et à mesure à Lewis pour être sûr de ne rien dénaturer.

Avez-vous voix au chapitre concernant le scénario?

Non, et c'est tant mieux! C'est déjà assez long de tout dessiner...

A quel personnage êtes-vous le plus attaché?

Marvin! J'aime bien dessiner les monstres, et j'aime ce personnage bourru, un peu violent... mais profondément gentil.

Par rapport à vos séries Raghnarok et La rubrique scientifique, Donjon est-elle une sorte de récréation?

Tous mes travaux en sont une! Mes autres séries se construisent petit à petit. Avec Donjon, je joue au bâtisseur de cathédrales : c'est plus minutieux, ça demande plus de patience, mais ça m'amuse autant que le reste...