Plagiat: Calogero définitivement condamné pour son tube «Si seulement je pouvais lui manquer»

JUSTICE La Cour de cassation a tranché…

20 Minutes avec agence
— 
Le chanteur Calogero le 5 novembre 2014
Le chanteur Calogero le 5 novembre 2014 — PJB/SIPA

Calogero vient d’être condamné définitivement pour plagiat, après deux ans de procédure. Condamné en appel l’an dernier, le chanteur français avait décidé de porter l’affaire devant la Cour de cassation.

Objet du litige ? La chanson Si seulement je pouvais lui manquer. Le refrain du tube, sorti en 2004, avait semblé trop proche à Laurent Feriol, un ingénieur du son habitant des Landes.

L’affaire avait démarré en 2014

Avec son groupe Les Années Boum, il avait produit en 2001 un morceau intitulé les Chansons d’artistes. Et selon lui, les similitudes étaient frappantes. En 2014, le musicien avait décidé d’attaquer le chanteur de variété.

« Pour moi, c’est évidemment une très grande satisfaction. En face de nous, on avait une forte partie. Je pense qu’ils croyaient qu’on allait lâcher prise, parce que, pour eux, l’argent n’est pas un problème », a réagi le plaignant, cité par Sud Ouest.

Pour rappel, un premier jugement lui avait donné raison le 16 mai 2015. Le tribunal avait constaté en consultant les rapports d’experts que « les refrains des deux œuvres présentent d’importantes similitudes, de l’ordre de 63 % de notes communes ».

Calogero avait décidé de faire appel « pour l’honneur » avait précisé son avocat, estimant que le chanteur n’avait pas pu connaître le morceau qu’on l’accusait d’avoir plagié. Le 26 juin 2015, la cour d’appel avait confirmé la condamnation.