«Il s'est éteint sans bâcler son agonie»: «Le Monde» publie un avis de décès à l'humour noir

INSOLITE L'écrivain André Ruellan, alias Kurt Steiner, avait écrit un « Manuel du savoir-mourir »…

F.R.

— 

Détail d'une carte de tarot de 1926, carte de «La Mort» ou «Arcane sans nom».
Détail d'une carte de tarot de 1926, carte de «La Mort» ou «Arcane sans nom». — MARY EVANS/SIPA

C’est ce qu’on appelle honorer la mémoire d’un défunt. André Ruellan, auteur de science-fiction et de scénarios de longs-métrages – dont plusieurs films de Jean-Pierre Mocky et Alain Jessua, est décédé jeudi dernier à Paris, à 94 ans. Celui qui était aussi connu sous le pseudonyme de Kurt Steiner avait aussi signé en 1963 un irrévérencieux Manuel du savoir-mourir, couronné du prix de l’Humour noir.

« Ses amis apprécient l’élégance du geste »

Son avis d’obsèques, paru ce jeudi dans les pages du Monde, rend hommage à cet esprit caustique. Le message commence par une citation de son fameux manuel, « Après l’inspiration, le poète expire », et explique que l’écrivain a appliqué « avec tout le sérieux qu’il convient les usages du savoir mourir et qu’"apprendre à mourir exige du temps" ».

« Il s’est éteint d’un souffle, sans bâcler son agonie, ni râle déplacé, conformément à la bienséance. Ses amis apprécient l’élégance du geste », continue l’avis qui a été partagé par plusieurs lecteurs amusés et touchés sur les réseaux sociaux.