«Fuck forever terrorism»... Pete Doherty a réveillé l'âme rock du Bataclan

MUSIQUE Le rockeur britannique était en concert mercredi dans la salle parisienne endeuillée par une attaque djihadiste il y a un an…

20 Minutes avec AFP

— 

Pete Doherty en concert au Bataclan le 16 novembre 2016./SIPA/SIPA
Pete Doherty en concert au Bataclan le 16 novembre 2016./SIPA/SIPA — SIPA

Et il a déployé un drapeau français, avec écrit en grosses lettres « Fuck forever terrorism ». Pete Doherty a réveillé l’esprit rock du Bataclan mercredi, quatre jours après que Sting a assuré la réouverture de la mythique salle parisienne.

Le Britannique dont le nouvel opus, The Hamburg Demonstrations, sort le 2 décembre, devait initialement rouvrir le Bataclan. Mais les propriétaires des lieux voulaient qu’elle reprenne vie en musique avant le 13 novembre, date du premier anniversaire des attaques djihadistes qui ont fait 130 morts, dont 90 dans l’enceinte du Boulevard Voltaire.

Cinq secondes de silence

Peter Doherty a donc pris le relais de l’ex-membre de Police. Un défi que l’artiste a relevé devant un public conquis d’avance. Tout a commencé par une minute de silence qui a duré… cinq secondes, coupée par une Marseillaise jouée au violon, chantée en français par Doherty et reprise en chœur par toute la salle.

Le rockeur a ensuite enchaîné les chansons - dont Hell to Pay at the Gates of Heaven, écrite en réaction à l’attentat -, sans toujours bien tenir sa voix ni ses gestes.

A deux reprises, la furie des Libertines s’est emparée des lieux avec l’apparition surprise de Carl Barat, l’autre membre émérite du groupe culte passé de l’immense succès à la douloureuse séparation, jusqu’à la reformation actée en 2015. Des pogos sur Up the Bracket ont rappelé les folles heures punk-rock du Bataclan. Un barnum foutraque d’une heure et demi qui s’est conclu par le Fuck Forever des Babyshambles.