Sept ans de porno couchés sur le papier

David Carzon

— 

On dit d'elle que c'est une fille qui «assume», mais elle n'aime pas trop ce terme: «C'est comme si on me disait que j'assumais quelque chose de monstrueux ou de honteux.» A 31 ans, après un film «Baise-moi» - coréalisé avec Virginie Despentes - et un roman, Coralie Trinh Thi publie son autobiographie de pornostar «La Voie humide» (éd. Au Diable Vauvert), profession qu'elle a exercée durant sept ans et soixante films.

Il ne faut surtout pas se fier aux étiquettes, ce livre va bien au-delà des simples évocations de tournages X. Dans cette autobiographie de 776 pages qui se lit comme un roman, la jeune femme nous livre une vraie réflexion sur l'image dans notre société à travers son expérience. Elle décrit aussi, sans tabou et sans préjugé, la réalité de ce métier où elle réalisait ses fantasmes exhibitionnistes: «Je ne veux pas qu'on m'accuse de complaisance, mais il se passe parfois des choses pires sur les plateaux de tournage de films traditionnels, dans le journalisme ou l'édition...» Pour ce livre, elle ne voulait pas écrire son histoire avec son regard d'aujourd'hui. «Je suis capable de m'observer comme un personnage, explique-t-elle, il a juste fallu que je redevienne qui j'étais aux différentes périodes de ma vie. J'ai même revu toute ma filmographie. Je pensais que ce serait une expérience difficile. Ça a été juste... amusant.»

Ce qu'elle nous raconte, c'est la difficulté de vivre ses choix sans avoir à subir le jugement des autres, sans passer pour une victime ou un bourreau. «Etre naturelle et ne pas chercher à se faire pardonner, on vous le fait payer. Je suis différente, et c'est cette différence qu'il faut apprendre à assumer.» Et ne venez surtout pas taxer cette libertaire-libertine de féministe. «La libertaire, c'est une femme qui va brûler son soutien-gorge. La féministe, c'est celle qui force ses copines à faire pareil qu'elle. Pour moi, c'est la différence entre l'intégrité et l'intégrisme.»

Sur www.20minutes.fr

Lire l'interview complète

polémique
Dans son livre, Coralie Trinh Thi revient sur la polémique qui a entouré en 2000 la sortie du film «Baise-moi», tiré du livre de Virginie Despentes. «Ce qui m'a terrifié, c’est de voir l'emprise de la morale sur les gens», se souvient-elle. Et elle reste persuadée qu’elle serait lynchée de la même manière si le film sortait aujourd'hui.