Concept, le jeu qui ne suit pas les règles

ACTIVITES Créé par Gaëtan Beaujannot et Alain Rivollet, le jeu de société connaît un véritable succès, avec près de 200.000 exemplaires écoulés en 2015...

Thomas Weill

— 

« Concept » a reçu huit distinctions internationales, depuis son apparition sur le marché.
« Concept » a reçu huit distinctions internationales, depuis son apparition sur le marché. — NICOLAS BOSSERET

« J’ai un concept de jeu ». Par cette simple phrase, lancée au téléphone en avril 2009, un nouveau jeu de société était né, Concept. Ces quelques mots, ce sont ceux de Gaëtan Beaujannot, créateur de jeux, prononcé à l’intention de son confrère Alain Rivollet en rentrant d’une soirée avec d’autres auteurs. Mais il ne suffit pas d’un coup de fil pour créer un jeu de société.

« Le principe est simple. Il faut faire deviner quelque chose uniquement avec des images, mais on voulait que les gens puissent exprimer le concept de ce qu’ils veulent faire deviner », explique Alain Rivollet. Lorsque Gaëtan Beaujannot lui parle de son idée, les deux hommes réfléchissent à ce qu’ils peuvent en faire. « Gaëtan avait vu un reportage sur le singe bonobo qui peut communiquer grâce à un tableau d’icônes. A ce moment-là, je travaillais sur le sujet des glyphes Maya, par plaisir », raconte Alain Rivollet. En s’inspirant de ces deux idées, ce dernier présente un prototype à son collègue quelques mois après la discussion initiale.

De nombreux tests

Débute alors une longue période de réflexion. « On cherchait comment et rendre le jeu ludique. Nous avons utilisé un mécanisme classique, une carte avec des éléments à faire deviner », rapporte Gaëtan Beaujannot. Peu à peu, le jeu progresse « de manière très empirique, on teste », résume-t-il. Finalement, ils parviennent à une version aboutie du jeu, avec un nombre d’icônes adéquat.

Les deux créateurs profitent d’un salon du jeu de société en Allemagne, en février 2010, pour présenter leur jeu. « Sur les six ou sept éditeurs qui le voulaient, nous avons choisi Repos production qui ont une image très positive », insiste Gaëtan Beaujannot.

Le travail de l’éditeur

Une fois un contrat d’auteur signé, les éditeurs ont énormément testé. « Nous avons vu des éléments se dégager sur les icônes pas assez claires, sur la manière de se représenter les choses », se rappelle Gaëtan Beaujannot. Les illustrateurs, mandatés par la maison d’édition, participent à beaucoup de ces changements.S’ensuit une campagne de communication et marketing d’un an et le jeu part finalement en production pour se retrouver en magasin en octobre 2013. Depuis, Concept rencontre un fort succès, avec près de 200 000 exemplaires écoulés en 2015 et reçoit pas moins de huit distinctions internationales. Comme quoi pour faire un jeu, il suffit de fournir beaucoup de travail… et d’un concept.