Preview BD: Les jeunes héros de «Seuls» entament un nouveau cycle

BD Les éditions Dupuis et « 20 Minutes » vous présentent les premières pages du 10e tome d’une des séries les plus populaires du moment…

Olivier Mimran
— 
Les héros de la BD « Seuls »
Les héros de la BD « Seuls » — © F. Vehlmann & B. Gazzotti + éd. Dupuis 2016

Seuls ? Les héros de la série du même nom ne le sont pas vraiment puisque leurs nombreux lecteurs ont acheté plus de 1.400.000 albums relatant leurs (més)aventures en moins de dix ans (le 1er tome remonte à 2006). C'est considérable pour un titre de bande dessinée franco-belge, et le succès n'est pas prêt de s'essouffler puisque le scénariste Fabien Vehlmann (Le marquis d'Anaon, Spirou et Fantasio) et le dessinateur Bruno Gazzotti (Soda) en livrent vendredi le dixième volume, « La machine à démourir ».
À cette occasion, Fabien Vehlmann a accepté de dévoiler à 20 Minutes la teneur du troisième cycle de la série. Retrouvez ses révélations à la suite de la preview ci-dessous. Bonne lecture !
 


Résumé du tome 10 : Perdus dans la neige, Terry et le Maître des couteaux trouvent refuge dans un gigantesque hangar qui abrite un Salon du jouet. Là, le jeune garçon a une illumination géniale : avec les moyens du bord et une bonne dose d'optimisme enfantin, il va tenter de construire une machine « à démourir » supposée leur permettre de quitter le Monde des Limbes pour retrouver celui des vivants…

© F. Vehlmann, B. Gazzotti & éditions Dupuis 2016

Un nouveau cycle

Autant jouer franc-jeu : il serait dommage et délicat (mais pas impossible) de débuter la série Seuls aujourd'hui. Parce que si son concept se résume aisément - un groupe d'enfants s'éveille un jour dans un monde dont tous les adultes ont disparu -, la connaissance des nombreux rebondissements qui ont émaillé les neuf premiers tomes est essentielle pour appréhender le dixième. Ceci dit, on trouve des résumés très détaillés sur le site officiel. Bref ; on se bornera donc, à propos de cet album, à révéler qu'il inaugure un nouveau cycle.
 

Et « l'idée de ce nouveau cycle, nous confirme Fabien Vehlmann, c'est de focaliser chaque album sur un des personnages de la série pour entériner le fait qu'ils ont été séparés au terme du cycle précédent ». Ainsi, La machine à démourir a pour personnages centraux le jeune Terry et le Maître des couteaux. « Ça risque de décontenancer certains lecteurs, concède le scénariste français, mais Bruno Gazzotti (NDR : le dessinateur belge de la série) et moi-même avions vraiment envie de secouer un peu les règles de la série. Enfin, quand je parle de focus sur un personnage, il peut aussi s'agir de binômes, comme dans ce volume ».

© F. Vehlmann, B. Gazzotti & éditions Dupuis 2016

Un lectorat varié

Bah ! Quelle que soit sa formule, la série a une base de lecteurs telle que son succès ne peut que se poursuivre (l'éditeur y croit tellement que le 1er tirage du tome 10 s'élève à 120 000 exemplaires !). Un succès dont Fabien Vehlmann ne revient d'ailleurs toujours pas : « Il y a toujours une énorme part de chance, hein ? Mais mon impression, c'est que Seuls a dû bénéficier d'un effet générationnel. Je veux dire que la société actuelle est à la fois très individualiste et effrayée à l'idée de ce que pourrait devenir le monde... on n'est pas loin d'avoir des mentalités survivalistes – fantasmées ! -, en fait, et Seuls parle indirectement de ça. »
 

Ça expliquerait le fait qu'alors que le titre s'adressait initialement au jeune public (Seuls a d'ailleurs été deux fois récompensé, en 2007 et 2010, par le Prix Jeunesse 9-12 ans du festival de la BD d'Angoulême), il ait également réussi à conquérir un lectorat adulte. « Les premiers lecteurs, qui sont aujourd'hui de jeunes adultes, continuent manifestement à lire la série. Mais on a remarqué, lors de festivals ou de séances de dédicace, que Seuls avait aussi des lecteurs beaucoup plus âgés. Son public est donc très disparate, mais a en commun d'apprécier les séries TV fantastiques genre Lost, c'est à dire du divertissement avec rebondissements, coups de cymbale etc… qu'on retrouve aussi dans Seuls ! ».
 

Des bulles à la toile


Avec une bonne dose de fantastique, une certaine violence (audacieuse, pour de la BD jeunesse) et des caractères bien dessinés, Seuls ne pouvait pas ne pas intéresser le cinéma. Une adaptation de son 1er cycle a donc été réalisée par David Moreau (20 ans d'écart, The eye) et sera sur les écrans le 8 février 2017. Une consécration ? « Je ne sais pas, sourit modestement Fabien Vehlmann. En tout cas, on a eu de nombreuses propositions intéressantes - notamment de la Gaumont ou de Jaco Van Dormael -, qui n'ont pas abouti parce qu'il aurait fallu zapper le fait que des enfants meurent. Or c'est le coeur de Seuls ! Finalement, David Moreau nous a convaincus parce qu'il trouvait que ce point précis était transgressif et que c'était ce qui l'intéressait artistiquement ».

« Le film conservera l'esprit de la série, même si l'histoire est un tout petit peu remaniée », précise Vehlmann, qui a assisté au tournage en qualité de consultant. Et lorsqu'on lui demande si le fait que Seuls existe prochainement au cinéma ne va pas influer sur la suite de la série BD, il déclare que « c'est trop tôt pour le dire, mais si le film est un succès et que ça implique des suites, il faudra bien sûr qu'on se mette d'accord sur l'avenir des deux séries – BD et ciné – et leur éventuelle convergence. ».
 

Seuls tome 10 «La machine à démourir», de Fabien Vehlmann & Bruno Gazzotti - éditions Dupuis, 10,60 euros