Une exposition avec des animaux empaillés choque la Russie (et les internautes)

SCANDALE L'exposition de Jan Fabre au musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg montrant des animaux empaillés ne passe pas...

C.B. avec AFP

— 

L'œuvre de l'artiste belge Jan Fabre intitulée «Fidélité et la répétition de la mort » au musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg.
L'œuvre de l'artiste belge Jan Fabre intitulée «Fidélité et la répétition de la mort » au musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg. — O. Maltseva / AFP

L’artiste belge est connu pour ses performances controversées. Jan Fabre, qui expose depuis trois semaines au musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg a une nouvelle fois choqué. Il faut dire qu’une installation avec des animaux empaillés disséminés au milieu des tableaux très classique du plus grand musée du monde fait tache.

« Ce n’est pas de l’art »

« Les visiteurs sont venus admirer les tableaux et sont tombés sur cette horreur. Les enfants sont choqués. Seuls des sadiques peuvent suspendre des cadavres d’animaux », s’émeut une internaute. « Des animaux morts, ce n’est pas de l’art. Honte à l’Ermitage », abonde une autre auprès de l’AFP.

« L’art contemporain est un défi, il fait réfléchir. Si quelqu’un ne comprend pas ou n’aime pas, c’est normal », a estimé Mikhail Piotrovski, le directeur de l’Ermitage, sur les réseaux sociaux. Plus de 200 œuvres du plasticien, notamment des sculptures de scarabées, des animaux empaillés et des tableaux dessinés au stylo à bille, sont exposées jusqu’au mois d’avril aux côtés de classiques de l’art européen.

То самое жучье платье #ermitage #janfabre

A photo posted by Lexi (@lexi_bones) on

Un « lancer de chats » en 2012

L’artiste, qui est généralement crédité par ses admirateurs d’un renouvellement radical de la scène contemporaine, est régulièrement accusé par ses détracteurs de provocation, comme lorsqu’il avait organisé un « lancer de chats » à Anvers en 2012.