Faire l’amour avec humour, la nouvelle BD érotique

BD Depuis quelques années, la bande dessinée pornographique n’est plus seulement masturbatoire, elle est aussi joyeuse et décalée...

Camille Poher

— 

Dans " Coup de frein sur la côte ", la représentation du sexe est à la fois   colorée et drôle.
Dans " Coup de frein sur la côte ", la représentation du sexe est à la fois colorée et drôle. — Roxane Lumeret

Avertissement : Cet article s’adresse à un public adulte et averti. Son contenu peut être de nature à heurter nos plus jeunes lecteurs.

BD : Bandante et Drôle. Tel serait l’acronyme de la bande dessinée érotique de nouvelle génération. La BD moins de 18 ans ne se planque plus chez les libraires, ne se lit plus sous le manteau, elle s’assume. Elle semble soulagée du fantasme du plombier et de l’égérie fellinienne de Milo Manara. Porté par de jeunes auteurs indépendants et supporté par des maisons d’édition anticonformistes, le porno dessiné semble regagner ses lettres de noblesse en verve et en vignettes.

>> A lire aussi : Preview BD: Découvrez 10 planches de «Sex criminals», le plus torride des comics

« Du carné, du fessu, de l’érotique »

La figure de proue de ce renouveau plus prompt à l’ironique qu’au lubrique, c’est la collection Bd Cul. Imaginée par les dessinateurs Frédéric Felder et Cizo, elle est éditée depuis 2010 chez les Requins Marteaux. Avec cette collection porno-cool, ces deux coquins nostalgiques avaient à cœur de revisiter l’héritage d’ Elvifrance, éditeur de bande dessinées pornographiques des 80.


« Nous voulions également donner libre cours à la plume de jeunes auteurs talentueux mais peu représentés par les éditeurs », explique Frédéric Felder. « A force de travailler seuls chez eux sur leurs dessins, cette nouvelle vague de talents avait grand besoin de laisser exploser sa libido sur le papier », ironise le directeur de collection.


De « La bibite à bon Dieu » à « Planplan culcul », en passant par « Bite fighter », Bd Cul va ainsi donner carte blanche à treize jeunes écrivains, méconnus du grand public.
Roxane Lumeret, auteure de « Coup de frein sur la côte » est l’une d’entre elle. Ces bandes dessinées, bien qu’elles cherchent d’abord à exciter le lecteur, n’ont jamais pu s’empêcher d’être drôles. « Tout est toujours au second degré, quoi que je fasse j’ai du mal à dissocier l’humour du sexe », confie-t-elle.


Avec son ouvrage « Les aventures de rectum et pubis », ce n’est pas Morgan Navarro qui contredira sa consœur. « Je suis un obsédé sexuel et j’aime rire. Mes bd combinent ces deux parties de moi. » Auteur et illustrateur, Navarro est un des pionniers de ce genre porno nouveau. Avec Teddy Beat, son « ours bien léché » mais surtout le personnage star de ses écrits, l’auteur a su cristalliser le genre éroticocasse. Une écriture « crue et cul » qui aide à démystifier le sexe et qui s’impose comme la signature de cette nouvelle génération.

« Fluide Glacial a longtemps fantasmé le sexe »

Bien qu’elle cherche à s’éloigner des scenarii ringards, la jeune génération n’oublie pas ses premiers émois. Jean-Claude Forest, Robert Crumb, Paolo Serpieri… certains maîtres de l’érotisme restent ainsi incontournables et quelques revues demeurent cultes.
« Avec des magazines comme Fluide Glacial ou l’Echo des Savanes, nous avons été bercés par cette culture de l’humour et du sexe comme combinaison », confie Delphine Panique, auteure de « L’odyssée du Vice ».

La pin-up selon Morgan Navarro.
La pin-up selon Morgan Navarro. - Morgan Navarro

 

Apparu dans les 70, Fluide Glacial fut un pionnier de la BD pour adulte en France. Pensée par Gotlib et Jacques Diament, la revue distille depuis 40 ans des planches coquines et décalées. Pourtant, pour ce qui est d’esquisser le dessous de la ceinture, la revue n’a pas toujours été aussi libérée.

>> A lire aussi : Fluide Glacial fête ses 40 ans et rend hommage à Charlie


C’est à l’occasion de la sortie d’un numéro spécial sexe en 2015, que le rédacteur en chef du magazine Yann Lindingre a fait ce constat. « J’ai exploré nos archives et j’ai réalisé que depuis sa naissance, Fluide Glacial suggère plutôt qu’il ne montre le sexe ». Au travers de la fouille archéologico-érotique de son journal, le dessinateur a ainsi réalisé que si l’érotisme était susurré par les Bidochons, Edika ou encore Barbarella, c’était toujours à demi-mot. « Jusqu’ici on a fantasmé le sexe, mais il n’a jamais été au cœur de notre revue », confie-t-il.

 

Quoi de plus logique alors, que Yann Lidringue s’associe avec Frédéric Felder et Cizo pour travailler sur ce numéro spécial. « En faisant appel à leurs jeunes auteurs et grâce à leurs grandes libertés de ton, nous avons pu proposer dans ce numéro, un sexe joyeux, drôle et plus en phase avec la réalité. »

Car relater une sexualité moins conformiste c’est toute l’essence de cette nouvelle bande dessinée érotique. « Une sexualité ou l’homme est actif, viril, puissant et la femme douce, passive, soumise… Cela n’a plus de sens dans la BD aujourd’hui », confie Monsieur Q, auteur du blog Les petits mensonges de M. Q. En somme, s’extirper de « la logique absurde de la performance » grâce à un ton affranchi et railleur mais surtout, surtout, désacraliser le coït.