Un « West Side Story » garanti d'époque

Loren Baux - ©2007 20 minutes

— 

Face aux oeuvres de légende comme West Side Story, jouée sans interruption à Broadway depuis un demi-siècle, et dont le film a été récompensé par dix oscars, deux choix s'opposent : moderniser ou conserver. La troupe américaine de la tournée mondiale du 50e anniversaire, qui investit jusqu'au 1er janvier le théâtre du Châtelet* à Paris, a choisi la deuxième option. Le livret de la comédie musicale de Jerome Robbins, Leonard Bernstein et Arthur Laurents a été suivi à la lettre. C'est d'ailleurs la seule adaptation de West Side Story à pouvoir ajouter « L'original » à son titre.

Cette version, la seule autorisée par les ayants droit, réunit le meilleur de Broadway. Le metteur en scène et chorégraphe, Joey McKneely, a été nommé par Jerome Robbins lui-même. Tout comme Donald Chan, le chef d'orchestre incontournable du music-hall américain.

La troupe est à l'avenant et rend à merveille l'ambiance fantasmée des quartiers délabrés du West Side new-yorkais des années 1950. Pendant deux heures et demie, les nostalgiques retrouveront avec joie, sur fond de claquements de doigts cadencés, de rires sensuels des Portoricaines et de sirènes de police hurlantes, la très triste histoire de Riff et Maria, amoureux pris en étau entre leurs gangs, les « Jets » blancs contre les « Sharks » portoricains. Les trente-six comédiens s'affrontent dans des rixes dansées sur des rythmes endiablés de mambo et de rock'n'roll. Du célèbre America, chanté avec énergie par l'époustouflante Anita, au décor monumental du dédale d'échelles sans cesse en mouvement, West Side Story n'a pas pris une ride.