Scarlett Johansson ne savait rien de «Ghost In The Shell»

MUSIQUE L’actrice a été très impressionnée en découvrant son personnage…

20 Minutes avec agences

— 

Scarlett Johansson
Scarlett Johansson — WENN

Scarlett Johansson sera à l’affiche de Ghost In The Shell le 29 mars prochain, un film réalisé sous la houlette de Rupert Sanders et Neil Smith, et adapté du manga japonais du même titre.

Dans ce long-métrage, l’actrice incarne le cyborg Major qui lutte contre les cyberterroristes avec la Section 9. Une affaire en particulier va déclencher une véritable crise d’identité pour le personnage et enclencher une série de questions sur ce que c’est que d’être un humain.

Dans une interview avec Collider, Scarlett Johansson révèle qu’elle n’était pas vraiment familière de l’univers de Ghost in the Shell. « Je ne connaissais pas du tout la matière du film. La première chose que j’ai découverte c’est pendant la préparation quand on a regardé l’animé, avant la lecture du script et le reste. Et c’était assez lourd. Je me suis dit ‘’Whoa’’ », explique-t-elle.

La bonne méthode

Avec Ghost in The Shell, Scarlett Johansson a eu son lot de difficultés. Lorsque la production a annoncé qu’elle avait été choisie pour le rôle de Major, beaucoup de fans du manga ont dénoncé le fait qu’une actrice asiatique n’ait pas été prise à la place. Et ce n’est pas tout.

En découvrant l’univers du manga, sa densité et la profondeur des thèmes, l’actrice admet avoir pris peur. « J’aie eu peur au début je crois. C’était très pesant. Et parce que c’est si iconique, j’ai pensé ‘’Ah, c’est beaucoup’’. Mais j’ai réussi à me faire à l’idée, parce que j’ai essayé d’imaginer le cheminement de Major, de la vie qu’elle pensait avoir, de la vie qu’elle a, et de la personne qu’elle était en fait », précise Scarlett Johansson.

>> A lire aussi : Scarlett Johansson joue à la marchande dans sa boutique de pop-corn

La peur ne l’a pas empêchée de trouver de la beauté à son personnage. « C’était très robotique mais ça avait un langage assez beau et poétique, comme du Shakespeare. J’étais nerveuse à propos de ça, mais j’ai essayé de l’humaniser », ajoute-t-elle.