«Call of Duty Infinite Warfare» tente le grand saut... dans l'espace

JEUX VIDEO Le nouveau jeu «Call of Duty Infinite Warfare», qui sort ce vendredi, emmène les joueurs dans l'espace. Pas forcément de quoi dérouter les fans qui vont une fois encore l'acheter les yeux fermés...

Jean-François Morisse

— 

Un nouvel épisode de Call of Duty qui propulse le joueur dans l'espace aux commandes de vaisseaux spatiaux.
Un nouvel épisode de Call of Duty qui propulse le joueur dans l'espace aux commandes de vaisseaux spatiaux. — Activision

A chaque année son édition de Call of DutyInfinite Warfare est déjà la treizième du célèbre jeu de tir du studio américain Activision. C’est dire la vitalité d’une franchise qui depuis 2003), bat régulièrement ses records de ventes. Même quand on a à faire, comme ici, à un épisode susceptible de diviser les fans.

« Call of Duty fait partie des best sellers, aux côtés de jeux comme Fifa confie Philippe Renaudin, directeur marketing des magasins spécialisés Micromania. Le jeu est un phénomène chez les gamers, mais va bien au-delà. Même les personnes qui ne jouent pas en ont entendu parler. » Il faut dire que pour chaque épisode, Activision met les moyens. Après avoir fait appel à l’acteur Kevin Spacey en 2014 pour l’épisode Advanced Warfare, l’éditeur s’est adjoint les services de la star David Hasselhoff ou de  Kit Harington, le Jon Snow de la série Game of Thrones.

>> A lire aussi : «Call of Duty: Infinite Warfare»: David Hasselhoff revient... dans un rôle de zombie

Dans le rôle de l’Amiral Kotch, l’acteur britannique incarne le grand méchant de cette histoire qui, une fois n’est pas coutume, emmène le joueur dans l’espace et sur d’autres planètes. Une orientation très science-fiction qui rappelle un autre titre phare du même éditeur, Destiny, mais qui a surpris une communauté de joueurs plus habituée à des affrontements terrestres.

« Ce nouvel épisode divise déjà sur les réseaux sociaux, souligne Philippe Renaudin. Car il innove vraiment, au risque de déplaire. » La première bande-annonce du jeu diffusée s’est ainsi illustrée en devenant l’une des vidéos les plus détestées de l’histoire de YouTube.

Combats en apesanteur

Si les deux précédents épisodes de la série, Advanced Warfare et Black Ops III, flirtaient avec la science-fiction, Infinite Warfare emmène le joueur dans l’espace aux commandes de vaisseaux spatiaux et au milieu de combats en apesanteur. De facto, ces affrontements sont, malgré un ingénieux système de grappins, moins dynamiques que les batailles entre super-soldats équipés d’exosquelettes des précédents volets.

Un jeu de tir / FPS toujours aussi spectaculaire.
Un jeu de tir / FPS toujours aussi spectaculaire. - Activision

Ce changement radical va forcément déstabiliser les amateurs de la série, mais est-ce si important ? « Les fans de la série sont d’une fidélité à toute épreuve, estime Mr Lev12, Youtuber star spécialiste de Call of Duty. Même lorsque les joueurs sont déçus par un opus, ils l’achètent quand même car CoD propose un gameplay sans équivalent aujourd’hui. »

Un FPS qui fait toujours autorité

Surtout, Call of Duty est devenue au fil des ans la référence des jeux de tirs (FPS). Au point que trois studios studio travaillent indépendamment au développement de la saga, l’assurance pour l’éditeur d’être en mesure d’en proposer un différent chaque année. Pourtant, réaliser une suite est un art délicat.

Infinite Warfare n’est pas parfait

En propulsant le joueur au cœur du système solaire, l’innovation est bien présente, mais le jeu n’est pas exempt de petits défauts. Les affrontements sont parfois si confus que le joueur ne saisit pas toujours ce qu’il se passe…

De nombreux modes de jeux multijoueurs dont l'incontournable mode zombis.
De nombreux modes de jeux multijoueurs dont l'incontournable mode zombis. - Activision

Côté multijoueur, certains connaisseurs parlent même à demi-mot de « régression ». Sévère, quand on s’amuse comme un fou avec le mode « Zombies in Spaceland » (zombis dans l’espace), certes classique, mais drôle.

L’irrésitible effet "Call of Duty"

Chez Electronic Arts, l’éternel rival d’Activision qui a dégainé un très bon épisode de sa série Battlefield, on avoue en off être assez confiant face à ce nouveau Call of Duty. Même si les chiffres, pour l’instant prometteurs, resteront probablement en deçà de ceux de Call of Duty Infinite Warfare tant les joueurs ont, en France comme partout dans le monde, la passion Call of Duty chevillée au corps. L’héritage de treize années de succès répétés.

En partenariat avec Jeux Vidéo Magazine.