Kesha vs Dr. Luke, une affaire loin d’être réglée

MUSIQUE La chanteuse accuse le producteur de l’avoir violée et de lui avoir imposé des conditions de travail mettant en péril sa santé…

20 Minutes avec agences
— 
Kesha
Kesha — Apega/WENN

Les dernières déclarations de Kesha dans le New York Times ont forcé Dr. Luke à publier un démenti. La chanteuse accuse cette fois son producteur de l’avoir forcée à s’affamer. « J’ai essayé et je me suis presque tuée en le faisant », explique-t-elle dans le magazine.

A la lecture de l’article, Dr. Luke a fait publier un démenti dans Billboard, écrit par son avocate, Christine Lepera. « L’article du New York Times contient beaucoup d’inexactitudes. Cet article fait partie d’une campagne de presse continue de Kesha pour tromper le public, dénaturer ce qu’il s’est passé ces deux dernières années, et gagner en capital sympathie », peut-on lire dans le texte.

Cette nouvelle accusation est la dernière en date d’une longue série. Depuis 2014 en effet, Kesha accuse Dr. Luke de l’avoir abusée physiquement, sexuellement et verbalement. La chanteuse a porté plainte contre son producteur, qui dirige Kemosabe Records, affiliée à Sony Music.

>> A lire aussi : La chanteuse Kesha accuse son producteur d’agression sexuelle

L’affaire est de taille, puisque Kesha, en chiffres, c’est plus de 33 millions d’albums vendus aux Etats-Unis et 60 millions dans le monde entier, en seulement deux albums, Animal en 2010 et Warrior en 2012. Dr. Luke est son producteur historique, celui qui lui a fait signer son tout premier contrat de chanteuse, en 2005. Depuis, elle n’a pas quitté son giron, mais les choses se sont gâtées à la sortie de son deuxième album.

Plusieurs chanteuses soutiennent Kesha

Alors qu’elle assurait sa deuxième tournée, Warrior Tour, commencée en mai 2013, elle a été admise au centre de soins Timberline Knolls Residential Treatment Center, dans l’Illinois, en janvier 2014. Raisons invoquées :  troubles alimentaires. Dès lors, Kesha a accusé son producteur d’être responsable de son mal-être, des accusations confortées par sa mère. La jeune femme affirme que Dr. Luke avait l’habitude de lui dire qu’elle était « aussi grosse que le frigo ». Depuis, les accusations sont allées plus loin, puisque Kesha a ajouté qu’il avait abusé d’elle sexuellement et physiquement. Dr. Luke a démenti en bloc les accusations.

Kesha de son côté a fait appel à la justice afin de la libérer de son contrat avec Kemosabe, et donc de Sony, pour ne plus avoir à travailler avec celui qu’elle accuse de viol. Sa demande a été rejetée par le tribunal en mai cette année, et Kesha a fait appel de la décision.

L’industrie du disque est restée particulièrement muette tout au long de cette affaire. Dr. Luke – de son vrai nom Lukasz Gottwald – ne s’occupe pas que de la carrière de Kesha. Il travaille avec de nombreuses célébrités à la carrière florissante, et qui rapportent beaucoup d’argent, comme Katy Perry, Britney Spears, Miley Cyrus, mais aussi Lady Gaga. Cette dernière, qui a déclaré avoir été violée au début de sa carrière, a fini par apporter son soutien à Kesha sur les réseaux sociaux.

Free Kesha

A photo posted by Lady Gaga (@ladygaga) on

Elle a été suivie par un autre poids lourd de l’industrie, Taylor Swift. Celle-ci a donné à Kesha 250.000 dollars pour couvrir ses frais d’avocat contre Dr. Luke.

D’autres stars, toutes féminines, ont également soutenu la chanteuse, parmi lesquelles Lorde, Lilly Allen ou encore Kelly Clarkson, qui a travaillé de près avec Dr. Luke. « Je m’entends bien avec toutes les personnes avec lesquelles je travaille, mais ce n’est simplement pas une bonne personne pour moi, a déclaré Kelly Clarkson sur les ondes australiennes de KIIS, en mars cette année. C’est un type talentueux, mais c’est un grand menteur. Je me suis retrouvée dans deux situations très mauvaises. Musicalement, ça a été très dur pour moi parce qu’il mentait aux gens. C’est difficile de travailler avec lui ; du genre dégradant. »