Le Port a jauni, l'éditeur qui mêle le français et l'arabe dans ses albums jeunesse

KIDS A Marseille, la maison d’édition Le Port a jauni publie des albums pour la jeunesse pleins d’humour et de poésie. Particularité : ils sont bilingues français-arabes…

Caroline Delabroy

— 

Le port a jauni va ajouter en 2017 huit nouveaux titres à son catalogue.
Le port a jauni va ajouter en 2017 huit nouveaux titres à son catalogue. — C. Delabroy / 20 Minutes

Ils ne sont pas si nombreux les éditeurs à proposer aux jeunes lecteurs des livres bilingues français-arabe. Il y a bien Syros Jeunesse, Grandir, les éditions du Jasmin ou Didier Jeunesse qui en comptent à leur catalogue, mais la production reste très confidentielle. A Marseille, Le Port a jauni se plaît « à donner à voir et à entendre de la langue arabe » en ne publiant que des albums jeunesse imaginés et conçus pour jouer avec le double sens du français et de l’arabe. « Dans le contexte contemporain, ce n’est pas mal de tordre le cou au lien instantané fait entre la culture arabe et l’identité religieuse », sourit Mathilde Chèvre, traductrice, auteur et illustratrice, qui a fondé en 2001 cette petite maison d’éditions.

>> A lire aussi : Transmettre le plaisir de lire aux enfants en sept conseils

Les trois grandes familles de la littérature arabe

La rencontre avec un livre a été déterminante dans l’aventure : Katkoût !, soit l’histoire d’un enfant jaloux d’un petit poussin car il est tout le temps dans le giron de sa mère. Dehors, un chien l’attend, qui marche à ses côtés dans la rue. « C’est un récit sur la sortie de l’enfance, raconte Mathilde Chèvre. Je l’ai découvert lorsque je vivais au Caire, je l’ai trouvé très beau, très abouti d’un point de vue graphique, avec la mère représentée toute en rondeur et en gros plan ».

En égyptien, cet album a pour titre
En égyptien, cet album a pour titre - Capture d'écran.

Il fait aussi partie des livres plus existentiels de la littérature jeunesse arabe, dans laquelle Le Port a jauni aime à piocher pour traduire et adapter des albums. « Dans la production arabe, il y a trois grandes familles, pointe Mathilde Chèvre : des livres engagés, où l’album est un lieu d’énonciation politique, sur la cause palestinienne par exemple, des livres qui abordent le sentiment religieux, mais en dehors de toute question d’appartenance religieuse, et donc des livres plus existentiels. »

Walid Taher en résidence pour un an à Marseille

Walid Taher et Mathilde Chèvre
Walid Taher et Mathilde Chèvre - C. Delabroy / 20 Minutes

L’auteur égyptien Walid Taher se situe assurément dans cette dernière lignée. Son album  Sept vies raconte les joies, les peurs et les doutes d’un chat qui, à chaque fois qu’il change d’état d’âme, change d’état graphique. « Il est l’un des auteurs illustrateurs les plus primés du monde arabe », poursuit Mathilde Chèvre, qui l’accueille pour une année de résidence au Port a jauni. Ensemble, ils fourmillent d’envies et d’idées, et plusieurs projets sont déjà bien avancés. « Nous venons tous les deux de cultures et d’horizons différents que l’on aime à faire se croiser, déclare Walid Taher. Et l’on s’entend sur le choix de livre que l’on a envie de faire pour les enfants, des livres qui aient une dimension poétique et une exigence dans l’illustration. »

Sept Vies, écrit et illustré par Walid Taher.
Sept Vies, écrit et illustré par Walid Taher. - Capture d'écran

Les truculents poèmes de Salah Jahine

Un nouvel opus de Roubaiyat va aussi voir le jour. « Dans cette série, j’illustre des poèmes de Salah Jahine, qui est l’un des premiers à avoir écrit en langue parlée mais avec la profondeur de l’arabe littéraire, explique Walid Taher. C’est un guide, un avant-gardiste qui a beaucoup œuvré pour la culture arabe et a eu une influence majeure. » Ses poèmes en dialecte égyptien jouent avec toute la truculence de la langue et abordent, de façon légère, les sujets profonds de l’enfance que sont la vie, le temps qui passe, la cruauté… A Marseille, Walid Taher entend aussi être à l’écoute d’autres vibrations. « Etre ici me donne des idées nouvelles, qui sont sans doute plus difficiles à imaginer aujourd’hui dans le climat égyptien », dit-il. Une année pleine s’annonce.

Neuf poèmes de Salah Jahine publiés en version bilingue.
Neuf poèmes de Salah Jahine publiés en version bilingue. - Capture d'écran