Les héros de «Will and Grace» se retrouvent pour faire campagne contre Trump

ETATS-UNIS Les quatre stars de la sitcom culte viennent de tourner une scène inédite à quelques semaines de la présidentielle américaine…

Fabien Randanne
Debra Messing, Eric McCormack, Sean Hayes et Megan Mullally ont retrouvés leurs personnages de la série «Will and Grace» pour tourner une scène inédite, en septembre 2016, au sujet de la présidentielle américaine.
Debra Messing, Eric McCormack, Sean Hayes et Megan Mullally ont retrouvés leurs personnages de la série «Will and Grace» pour tourner une scène inédite, en septembre 2016, au sujet de la présidentielle américaine. — Capture d'écran Instagram @therealdebramessing

Si vous disposiez d’une télévision au début des années 2000, vous vous souvenez sans doute de Will, cet avocat gay new yorkais qui vit en colocation avec Grace, sa meilleure amie décoratrice d’intérieur. Ou bien encore de leurs amis, la perchée Karen et le sémillant Jack ? Les héros de la sitcom  se sont réunis à nouveau, dix ans après la diffusion du dernier épisode en France, pour… débattre de   !

« On m’avait dit que je verrais  dans Les Promesse de l’ombre. Mais c’est dans une scène de combat donc c’est difficile de se faire une idée », lance ainsi Will à Grace qui lui répond : « Non, non, je te parle de Donald Trump. » Réplique : « Ah OK, je parle du mauvais gland… »

« Katy Perry aime Hillary »

Cet échange qui donne une idée du contenu de cette scène de dix minutes dans laquelle on voit aussi Karen en supportrice du candidat républicain. « Ne me dis pas que tu vas voter pour ce mec [] qui insulte les gens », s’émeut Will. « Grace, tu entends ce que ta mauviette de petit copain gay musulman vient de dire ? », rebondit Karen avec sa voix de crécelle.

Arrive alors Jack qui révèle qu’il votera en Pennsylvanie, l’un des fameux  où l’issue incertaine du scrutin pourrait faire basculer l’élection. Les trois autres tentent alors de l’influencer pour qu’il porte son suffrage en faveur de leur candidat ou candidate. Spoiler : il décidera de soutenir  . Will a eu l’argument imparable : « Katy Perry aime Hillary. »