Le retour des boys bands

MUSIQUE Take That, Baskstreet Boys et Worlds Apart…

— 

On ne l’aurait pas prédit. Pourtant, après la reformation des Spice Girls pour une série de concerts, plusieurs boys band refont surface.

Qu’ils s’appellent Take That, Baskstreet Boys ou Worlds Apart, ils ont abreuvé les années 90 de leurs refrains.

Take That, les minets autrefois emmenés par Robbie Williams, viennent d’entamer une tournée européenne alors que sort leur nouveau single, «Rule the world». Voix sirupeuses, poils qui dépassent du col en V de leur petit pull, le quatuor chante les yeux fermés en faisant semblant d’embrasser son micro.



Les Backstreets Boys
sont «Unbreakable» (incassables), clame le titre de leur nouvel album. Car le groupe américain sait faire passer des messages. Et même, ils chantent «inconsolable», exploitant le thème novateur de la rupture douloureuse sur fond de carte postale (palmiers et couchers de soleil de Floride, le QG du groupe).





Cette liste ne serait pas complète sans mentionner Worlds Apart, auteur du fameux «Je te donne». Leur recette? Chanter – la plupart du temps - en français. Parmi leurs nouveaux titres, «On écrit sur les murs», «Au-delà des larmes» et «Keep smiling».



Aux dernières nouvelles, le groupe Boyzone pense aussi à se reformer. «Nous n'avons pas l'intention de sortir un nouvel album mais nous attendons de voir comment ça se passe. Et nous n'avons pas signé de contrat avec une maison de disques», a dit le chanteur Ronan Keating, 30 ans désormais.

Qu’en pensez-vous? Vous frisez déjà l'overdose ou vous appréciez cette tonalité revival?