Mélo, le choix des larmes

C. V. - ©2007 20 minutes

— 

« Un amour sans nuages serait comme un poème mal écrit. Seules les choses condamnées peuvent être aussi douloureusement tendres », explique le maître du mélodrame, Douglas Sirk, en bonus d'un impressionnant coffret de huit DVD réunissant quatre de ses films produits à Hollywood : Le Secret magnifique (1954), Tout ce que le ciel permet (1955), Le temps d'aimer et le temps de mourir (1958) et Mirage de la vie (1959).

La puissance des sentiments éprouvés par les personnages comme l'ampleur d'une mise en scène soulignant la cruauté de situations dramatiques a permis au cinéaste allemand de brosser des tableaux saisissant d'une Amérique dans laquelle il s'est installé pendant plusieurs années pour fuir le nazisme.