«Le Fantôme de l'Opéra» se prépare à hanter le Théâtre Mogador

COMEDIE MUSICALE «20 Minutes» a rendu visite à l'équipe du musical culte d'Andrew Lloyd Webber, en plein travail avant la première du 13 octobre...

Caroline Vié

— 

Masquerade dans Le Fantôme de l'Opéra
Masquerade dans Le Fantôme de l'Opéra — Johan Persson

C’est l’effervescence au Théâtre Mogador ! Après Le bal des vampires et Cats, la salle parisienne s’apprête à recevoir Le fantôme de l’Opérad’ Andrew Lloyd Webber.

>> A lire aussi : «Cats» vu par le compositeur star Andrew Lloyd Webber: On va miauler à la rentrée

Cette comédie musicale culte inspirée du roman de Gaston Leroux a conquis le monde entier en racontant l’amour d’un être défiguré pour une belle chanteuse. 20 Minutes s’est glissé en coulisses pour voir où en sont les artistes avant la première du 13 octobre prochain.

Ça bosse fort et ça répète sec

Dans les couloirs du théâtre, on croise des danseurs qui s’étirent et on entend des vocalises : l’heure est à la concentration avant la répétition.

L’équipe se prépare à un « filage », enchaînement des deux actes de la pièce. « Je suis présent à toutes les répétitions de façon à pouvoir modifier mon texte en fonction de la mise en scène », explique Nicolas Engel, adaptateur du livret. Il se promène avec son script et son crayon à la main.

Le traducteur est au taquet

« Il ne s’agit maintenant plus que de détails. Parfois, et c’est très rare, c’est la mise en scène qui change pour coller à ma traduction. Je peux donc affirmer que cette version du Fantôme sera unique », confie-t-il. Du côté de la mise en scène, Véronique Bandelier, est aussi résolue et sereine.

>> A lire aussi : Comment les chats de la comédie musicale «Cats» miaulent-ils dans la langue de Molière?

« Il va être temps d’affiner la psychologie des personnages, précise-t-elle. Pour l’instant, les acteurs n’ont travaillé que sous les néons de la salle de répétitions. La semaine prochaine, ils vont devoir d’habituer aux lumières, aux décors et aux costumes ».

La costumière est prête à tout

Corinne Page et son équipe d’une quinzaine de personnes planchent sur ces derniers. « On en est aux finitions car il faut savoir que chaque costume comporte environ dix pièces - des chaussures aux chapeaux en passant par les bas et les chemises - et que le spectacle en réunit près de trois cents ! »

Le Fantôme et Christine dans Le Fantôme de l'Opéra
Le Fantôme et Christine dans Le Fantôme de l'Opéra - Johan Persson

Elle n’est pas près de finir son ouvrage car les chanteurs ont une bien curieuse habitude. « Quand ils s’angoissent, ils peuvent se mettre à gonfler et prendre jusqu’à six kilos qu’ils vont reperdre quand ils seront habitués à leurs rôles ! Il faut donc constamment réajuster leurs vêtements », raconte-t-elle.

Les décors avancent bien

Pendant ce temps, Eric Loustau-Carrere, producteur exécutif du show s’affaire sur scène et en coulisses pour que les décors soient prêts pour la semaine prochaine. « On en est à tester les changements de décors pour être certains de bien maîtriser la machinerie », explique-t-il. Au-dessus de la salle, un immense lustre a été monté tandis que des angelots dorés, imitant ceux de l’Opéra Garnier, entourent déjà le plateau.

Raoul et Christine dans Le Fantôme de l'Opéra
Raoul et Christine dans Le Fantôme de l'Opéra - Johan Persson

« Quand les acteurs vont arriver sur scène ils vont avoir besoin d’un temps d’adaptation de quelques jours pour se familiariser avec cet impressionnant dispositif, révèle-t-il. Ils vont avoir l’impression d’avoir tout oublié. Et puis, petit à petit, ils vont s’habituer et ce sera magique. » Les spectateurs impatients pourront payer un peu moins cher en allant voir des représentations de « rodage » en avant-première à partir du 5 octobre ou découvrir la pièce totalement prête à partir du 13. On a hâte.