EMI veut virer les chanteurs pas assez productifs

MUSIQUE Le directeur général du fonds qui a racheté le label veut stopper les avances...

— 

Les Rolling Stones ont donné samedi soir au Stade de France le premier de leurs deux concerts prévus dans l'Hexagone, avant de se produire lundi à Lyon (stade de Gerland) dans le cadre de leur énorme tournée lancée en août 2005.
Les Rolling Stones ont donné samedi soir au Stade de France le premier de leurs deux concerts prévus dans l'Hexagone, avant de se produire lundi à Lyon (stade de Gerland) dans le cadre de leur énorme tournée lancée en août 2005. — Thomas Coex AFP

Ca s'appelle de la production à la chaîne. Le directeur général du fonds d'investissement britannique qui a racheté le label EMI s'est engagé à laisser tomber les artistes qui ne travailleraient pas assez et à changer le système de rémunération des cadres de l'entreprise, selon le Financial Times daté de vendredi.

Citant une note interne de l'entreprise dont il a obtenu une copie, le quotidien britannique révèle que Guy Hands, PDG de Terra Firma, qui a racheté EMI en août dernier, envisageait des «changements fondamentaux» dans la maison de disques.

EMI, numéro trois mondial du disque, est le label de célébrités comme les Beatles, les Rolling Stones, Norah Jones, ou encore Raphaël et Alain Souchon. «Tandis que de nombreux artistes passent un temps énorme à travailler avec leur label pour promouvoir et parfair leur musique, certains ne pensent malheureusement qu'à négocier pour obtenir une avance maximum... des avances qui souvent ne sont pas honorées en retour», écrit M. Hands dans cette note, sans citer de nom précis.

Les cadres du groupe aussi visés

Une fois que des critères plus exigeants seront déterminés, il conviendra de «choisir avec quels artistes nous voulons travailler», ajoute-t-il.

Le système de rémunération des cadres «n'encourage pas les bons comportements et ne récompense pas les actions justes», souligne dans la note le PDG. Les cadres d'EMI sont rétribués pour chaque nouveau contrat signé que le label récupère ou non l'avance fournie.