Facebook Ads, Google Activity… Petites résolutions de rentrée si vous avez déconnecté cet été

HIGH TECH Au creux de l'été, Facebook, Google ou Instagram ont dévoilé chacune des nouveautés qui vous ont peut-être échappé... 

Annabelle Laurent
— 
Jeune femme au smartphone.
Jeune femme au smartphone. — Wang Zhao AFP

Ah que vous étiez bien, le 17 août, dans ce bled des Alpes sans réseau, sans 4, ni 3G, ni Gmail, ni Groupes Whatsapp à 13 notifications par demi-seconde, ni rien du tout. Enfin libres. Sans doute revenez-vous alors pleins de bonnes résolutions pour entamer une rentrée plus saine, plus vigilante, sur les réseaux sociaux. Peut-être même considérez-vous la question avec tout le sérieux qu’elle mérite, et travaillez à votre migration sur Signal, par exemple...

Mais soyons réalistes: il y a de (grosses) chances pour que votre vie connectée suive son cours sur Google, Facebook, Instagram et compagnie. Ces mêmes entreprises qui n'ont pas chômé cet été, pour dégainer quelques nouveautés transformées ici en bonnes (mais petites) résolutions. 

1. Allez faire le ménage dans vos «Préférences publicitaires» sur Facebook

Un journaliste de 20 Minutes n’arrête pas de voir tomber sur son Facebook des pubs sur… les kebabs. Un vrai harcèlement, à l’entendre. Qu’a-t-il fait pour que le ciblage publicitaire ait percé à jour cette passion inavouable, et surtout, comment cesser ce lobbying pro-gras beaucoup trop tentant? Si vous faites l'objet d'un même ciblage insistant, sachez qu'au creux du creux de l’été, Facebook a mis en ligne le 9 août une page permettant à chacun de gérer ses «Préférences publicitaires» - officiellement pour vous aider à «mieux contrôler» les pubs, mais aussi pour rassurer les annonceurs inquiets par notre usage des bloqueurs de ces mêmes pubs.

On vous conseille vivement d’y faire un tour. Vous découvrirez toutes les passions que Facebook, qui utilise par ailleurs près de 98 critères pour définir une audience, vous a attribuées. Vous pourrez surtout faire un bon gros nettoyage de rentrée, en supprimant les intérêts que vous souhaitez voir disparaître de votre fil, à défaut de pouvoir voir disparaître les pubs tout court (pour ça, cliquez sur: Se désinscrire). 

2. N’allez pas voir votre Google Activity

Ou si. Mais à vos risques et périls. Un peu plus tôt dans l’été, Google mettait en ligne sa plateforme «My Activity» permettant de vérifier tout ce qu’elle collecte sur nous. Via Gmail, via YouTube, via Chrome (vos historiques de navigation, vos recherches), via Google Maps… Bref, beaucoup, beaucoup trop d’informations. Dont vous devriez aller constater l’étendue, oui, mais sans garantie d'en sortie indemne.

Vous pourrez alors poursuivre le nettoyage de rentrée entamé sur Facebook, et supprimer un certain nombre de données (ainsi qu'empêcher leur conservation à l'avenir). Si vous faites partie des trentenaires en âge de procréer – parlons en langage Google - et n'en POUVEZ plus de cette pub Clearblue qui ne cesse de vous poursuivre sur YouTube, par exemple.  

3. Les Stories, sur Snapchat ou Instagram? Décidez-vous

Autre sortie de l’été: Instagram dévoilait le 2 août sa nouvelle fonctionnalité baptisée «Stories», dont le nom rappelle à juste titre les Stories de Snapchat puisque bon… c’est exactement la même chose. Soit la possibilité de poster un contenu à tous ses abonnés, et qui s’effacera au bout de 24 heures.  Une copie franche et assumée. Votre résolution de la rentrée? Choisir entre les deux. Vous avez tergiversé tout le mois d’août, il faut trancher: vous ne pouvez pas continuer à nous inonder de «Stories» de vos apéros sur Snapchat ET sur Instagram en parallèle, ça ne tardera pas à être moralement répréhensible, croyez-nous.  

Le nouveau logo d'Instagram bossé sur Photoshop. 

Bonus. Arrêtez de parler de «Pokémon Go»

C’est fini maintenant. C’était le jeu de l’été. Du coup on n’en parle pas non plus (et on est de très mauvaise foi, aussi. On vous conseille d'ailleurs la lecture de cette analyse sur «l’inquiétant spectacle des gens qui s’amusent».