Qui a dit: «Je serai un président en burkini!»?

INDICE Cet ancien ministre préfère le cinéma américain au cirque politique...

F.R.
— 
Sur la plage de Deauville, le 7 septembre 2015.
Sur la plage de Deauville, le 7 septembre 2015. — CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Il a pris le parti d’en rire. « Je serai un président en burkini, pour mettre un peu d’ambiance ! » Frédéric Mitterrand s’apprête à présider le jury du 42e Festival du cinéma américain de Deauville qui s’ouvre ce jeudi. Avec cette déclaration provoc’ en clin d’œil à la polémique estivale, il annonce la couleur sur la manière dont il envisage ce rôle : sans se prendre au sérieux. « Je sais à peu près comment ça marche : on s’assoit dans un fauteuil et on écoute ce que les gens disent », résume-t-il  dans les colonnes du Parisien,

« Je tenais parce que j’avais le soutien de Fillon »

Celui qui fut ministre de la Culture entre 2009 et 2012 révèle un peu plus loin qu’Audrey Azoulay, la locataire de la Rue de Valois, est « la première ministre de la Culture post-Mitterrand à [l’]avoir invité à déjeuner » et qu’il « en pense du bien ».

« Elle rétablit les priorités que François Hollande avait négligées » et « se donne beaucoup de mal », estime-t-il. Et d’établir un parallèle avec son expérience personnelle : « Elle a l’oreille du président et du Premier ministre, ce qui est très important. Moi, je tenais parce que j’avais le soutien de Fillon. » Une manière de sous-entendre qu’il a été lâché par Nicolas Sarkozy ?