«Blurred Lines»: Condamnés pour plagiat, les auteurs reçoivent le soutien de 212 artistes

MUSIQUE En mars 2015, Robin Thicke et Pharrell Williams avaient été condamnés à verser 7,4 millions de dollars aux héritiers de Marvin Gaye, une somme par la suite abaissée de deux millions…

20 Minutes avec agences

— 

Pharrell Williams et Robin Thicke en juin 2013
Pharrell Williams et Robin Thicke en juin 2013 — Frank Micelotta/AP/SIPA

Dans le cadre de l’appel de leur condamnation pour plagiat de Go to give it up de Marvin Gaye, Robin Thicke et Pharell Williams ont reçu le soutien d’une partie de l’industrie musicale.

Ralph Johnson (Earth Wind and Fire), Gina Schock (Go-Go’s), Rich Robinson (Black Crowes), Curt Smith (Tears for Fears) ou encore le compositeur de musiques de film oscarisé Hans Zimmer… Au total, 212 noms ont signé une lettre en faveur des auteurs de Blurred Lines, condamnés en mars 2015 à verser 7,4 millions de dollars aux héritiers de la légende soul. La somme avait par la suite été réduite de deux millions.

Les signataires réclament des « règles plus claires »

Si les signataires affirment ne retirer aucun bénéfice ou dommage de l’issue du procès, ils confient cependant « s’inquiéter de son impact négatif sur leur propre créativité, sur la créativité des futurs artistes, et pour l’industrie musicale en général si ce jugement est confirmé en appel ».

D’ailleurs, « la loi devrait fournir des règles plus claires pour que les auteurs-compositeurs puissent savoir quelle est la ligne à ne pas franchir, ou au moins où se trouve cette ligne », estiment les artistes.

Le bras de fer juridique se poursuit

Du côté des principaux intéressés, Pharell Williams a déposé ses arguments mardi et la famille de Marvin Gaye « doit rendre les siens d’ici trois semaines », a indiqué l’avocat Ed McPherson, qui a déposé la lettre à la cour d’appel au nom des signataires.

Et selon lui, « l’audience de présentation des arguments des parties n’aura pas lieu avant un an ». Le bras de fer juridique serait donc loin d’être terminé.

>> A lire aussi : Robin Thicke n'a pas écrit «Blurred Lines» car il était «défoncé à la Vicodin et à l’alcool»