Comment la gare Saint-Lazare s’apprête à se métamorphoser comme Cendrillon pour une nuit

CLUBBING La société d’événementiel Surprize, organisatrice des soirées Concrete et du Weather Festival, a été mandatée pour faire de la gare parisienne un immense dance floor dans la nuit du samedi 3 au dimanche 4 septembre…

Benjamin Chapon

— 

La gare Saint-Lazare à Paris
La gare Saint-Lazare à Paris — CHAMUSSY/SIPA

Remballez vos onomatopées vaseuses. La musique électronique ne fait pas plus « tchiki boum » que les trains ne font « tchou tchou ». N’empêche, samedi soir, de 23 heures au petit matin, le quai principal et la salle des pas perdus de la gare Saint-Lazare vont radicalement changer d’atmosphère sonore. La société Surprize, organisatrice des fameuses soirées Concrete et du Weather Festival, a été chargée par Gare & Connexions, d’animer cette nuit pour une soirée électro.

« C’est moi qui suis allé les voir, explique Benjamin Huteau, directeur de la gare Saint-Lazare. Nous avions une opportunité unique, historique même, avec la fermeture de la gare de 22 heures à 9 heures le lendemain à cause de travaux de la mairie de Paris sur une passerelle. D’habitude, la gare ne ferme que de 1 heure à 5 heures du matin, avec arrêt total des circulations. »

Une gare presque déserte

Les fêtards parisiens se rappelleront peut-être de la « silent party » (une soirée silencieuse où la musique est diffusée via des casques audio) dans la gare de Nord. « Ça nous a aidé, je me suis appuyé sur le dossier pour monter le nôtre, confirme Benjamin Huteau. Mais c’est quand même assez différent. »

Le défi logistique semble cette fois colossal. « Le moment critique sera l’installation. Dès 22 heures, et pendant une heure, il y aura des dizaines et des dizaines de personnes qui installeront le matériel en même temps. A 23 heures, quand les 5.000 personnes commenceront à entrer, je serai soulagé. »

La sécurisation du lieu en revanche ne donne pas particulièrement de sueurs froides au directeur de la gare. « On a l’habitude de travailler avec la préfecture de police. Nous sommes un lieu de passage. Là, il n’y aura que 5.000 personnes dans la gare. Des gens avec un billet d’entrée en plus. Cela ne fait pas grand monde pour nous. » Il ne craint pas non plus les dégâts matériels ni la réputation chahuteuse des adeptes de musiques électroniques. « Nos infrastructures sont déjà très sollicitées chaque jour avec le passage de millions de personnes qui viennent aussi bien de Versailles que de Mantes-la-Jolie. Il y a quelques jours, à cause d’un incident technique, il n’y a pas eu de train pendant trois heures. On avait des milliers de personnes très énervées sur les quais. Gérer cette tension-là, c’est nettement plus compliqué. »

Haut-parleurs contre enceintes géantes

Finalement, le projet lancé dès novembre 2015 a surtout connu des obstacles administratifs. La bonne réputation de Surprize a aidé à convaincre les partenaires. Si, pour l’instant, les aspects techniques et logistiques obnubilent les organisateurs, la partie artistique ne devrait pas décevoir les fêtards. Les deux dancefloors accueilleront de très beaux noms de la scène électro française.

Le soundsystem mis en place ne pourrait-il d’ailleurs pas servir pour améliorer la qualité sonore des annonces dans la gare en journée ? « Les usagers ont raison de critiquer certaines de nos installations, explique Benjamin Huteau. D’ailleurs nous allons bientôt remplacer les haut-parleurs du quai principal. Mais le défi n’est pas du tout le même. En temps normal, nos annonces doivent passer par-dessus le bruit d’une foule. Samedi soir, les gens viendront écouter la musique. »