Et si «The Rock» devenait le futur président des Etats-Unis? (On est sérieux)

PRESIDENT ROCK Ex-catcheur, star hollywoodienne, roi d’Instagram, multimillionnaire et futur président des Etats-Unis ?

Vincent Julé

— 

The Rock dans «No Pain No Gain»
The Rock dans «No Pain No Gain» — REX FEATURES/SIPA

Il est actuellement à l’affiche de la comédie d’action Agents presque secrets, et il est l’acteur le mieux payé du monde selon le dernier classement du magazine Forbes. Connu de ce côté de l’Atlantique pour sa participation à Fast and Furious, et par certains pour son ancienne carrière de catcheur en tant que « The Rock », Dwayne Johnson est une véritable star aux Etats-Unis. Une star qui pèse bien au-delà des 65 millions de dollars qu’il a gagnés cette année.

Omniprésent sur les écrans (les futurs films Fast 8, Vaiana,Alerte à Malibu, Jumanji ainsi que la série Ballers) et sur les réseaux sociaux (64 millions d’abonnés sur Instagram), « The Rock » est devenu en dix ans l’une des personnalités préférés des Américains, un « role model » pour les nouvelles générations et l’incarnation des valeurs étoilées : travail, discipline, famille, réussite…

>> A lire aussi : Dwayne «The Rock» Johnson est l'acteur le mieux payé au monde

Sa propre légende

Sûrement aidé par une armée de communicants, il fait de chaque séance cardio à 4h du matin, visite d’hôpital d’enfants malades, rencontre avec les fans, changement de couche de sa fille ou nouveau blockbuster une pierre à son propre édifice, sa propre légende. Tout en simplicité, modestie, dérision et gros muscles. Et ça marche, il suffit de traîner quelques minutes sur son Instagram pour être happé par sa philosophie de vie, sa positive attitude. On ne compte d’ailleurs plus les tops 10 de ses mantras sur les sites américains.

Gros bosseur, bon père de famille, businessman, star hollywoodienne, incarnation du rêve américain… le nom de Dwayne Johnson s’est invité dans la course présidentielle américaine, dès lors que le cas médiatique « Donald Trump » est devenu un phénomène, puis une réalité. « Je vais être honnête, je n’ai pas encore exclu la politique, balance ainsi l’acteur au magazine GQ, le plus naturellement du monde. Je ne dis pas ça par peur, mais je ne suis pas encore sûr pour l’instant. Je ne peux pas nier que l’idée d’être gouverneur ou président est séduisante. Ce serait une opportunité d’influencer réellement et à l’échelle du monde le quotidien des gens. Mais il y a encore plein de choses que je veux accomplir avant. »

>> USA 2016: «Idiocracy», le film prophétique sur le phénomène Donald Trump

Il pourrait gagner

Des déclarations qui auraient pu prêter à sourire en France mais qui sont prises très au sérieux aux Etats-Unis, avec le hashtag#PresidentRock, le site Dwayneforpresident.com, des pancartes à son nom brandies lors de la convention démocrate et même un papier du Washington Post au titre évocateur : « Dwayne Johnson dit qu’il pourrait être candidat à la présidence. Il pourrait d’ailleurs gagner ». Pour le maître de conférences à l’université Paris-Assas et spécialiste de la société américaine Jean-Eric Branaa, « ce n’est pas quelque chose de surprenant ou d’inédit ».

Il évoque ainsi Sonny Bono (de Sonny & Cher), élu à la Chambre des représentants, le président et acteur Ronald Reagan, le gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger ou même Kanye West, dont la « candidature » pour 2020 n’a pas été tant moquée aux Etats-Unis. « La Constitution américaine commence par 'Nous, le peuple', explique Jean-Eric Branaa. N’importe qui peut se présenter. La démocratie s’invite et s’apprend dès le plus jeune âge, avec l’élection du délégué de classe, qui donne lieu à une campagne, un vote. C’est du sérieux. »

>> A lire aussi : «The Rock» plus fort que «Schwarzy»

Le monde de l’image

Le statut d’artiste n’est aussi pas perçu pareil des deux côtés de l’Atlantique, et seule la France y associe un côté fantaisiste qui impliquerait moins de légitimité à se lancer en politique. Or, aux Etats-Unis, Jesse Ventura, un catcheur comme « The Rock », a été gouverneur de l’Etat du Minnesota, de même que Schwarzy est resté huit ans à la tête de la Californie, l’Etat le plus riche d’Amérique. La Californie où est né Dwayne Johnson et qui pourrait donc servir de tremplin à sa possible carrière politique.

Vraiment ? « Pourquoi pas », commente le spécialiste de la société américaine. Nous sommes malheureusement dans un monde de l’image, dans une ère de la communication, et il a suffi à Donald Trump d’animer The Apprenctice, de se montrer en chef d’entreprise, pour passer pour un père de la nation. » Mais Jean-Eric Branaa a un autre candidat que « The Rock » en tête, une candidate : « Britney Spears est née en Louisiane, sa mère y vit encore, elle s’est impliquée lors des inondations. On ne parle que d’elle, mais pas que de la chanteuse. C’est une enfant du pays, et si elle veut faire de la politique, elle pourra sans problème. Je suis sûr qu’elle en fera ». Qui sera « the next president » en 2020 ? « The Rock », Kanye West ou Britney Spears ?