«Harry Potter et l'enfant maudit»: Comment appréhender la lecture du livre en anglais

BEST SELLER Harry Potter est de retour dans un texte qui, bien qu’en anglais, est un best-seller en France. Voici nos conseils pour vous en faciliter la lecture…

Caroline Vié

— 

James Parker (Harry) , Poppy Miller (Ginny) et Sam Clemmett (Albus) dans la pièce
James Parker (Harry) , Poppy Miller (Ginny) et Sam Clemmett (Albus) dans la pièce — Warner Bros

Qui aurait prédit qu’un livre en anglais, et qui plus est une pièce de théâtre, trônerait en tête de ventes ? Et pourtant 55.000 exemplaires de Harry Potter and and The Cursed Child alias Harry Potter et l’enfant maudit se sont d’ores et déjà écoulés, alors que le livre ne sortira en français que le 14 octobre chez Gallimard. Cela ne veut pas dire que 55.000 personnes l’auront lu jusqu’au bout… « Je n’en reviens de voir tant de Français l’acheter, confiait Louise, prof d’anglais poussant son caddie dans le supermarché du sud de la France où j’ai moi-même acquis mon exemplaire cet été. Quand je vois le niveau moyen de mes élèves, ils ne vont pas être déçus du voyage… » Ayant lu et à haute voix et traduction simultanée à ma fille de 9 ans et demi, je me permets de vous livrer cinq conseils, garantis 100 % sans spoiler, afin de profiter au mieux des nouvelles aventures du petit sorcier…

1/Bien connaître la saga

Si vous n’êtes pas familiers de la saga et de ses personnages, passez votre chemin où vous serez perdu comme un vif d’or au milieu d’une partie de Quidditch. Pas moyen de vous y retrouver sans une solide connaissance de l’univers de J.K. Rowling ici revisité par les dramaturges Jack Thorne et John Tiffany. Heureusement que j’avais ma fille pour me rafraîchir la mémoire : « Tu ne sais plus qui est Mimi Geignarde, maman ? »

2/Etre à l’aise avec les noms propres

Si vous ne disposez pas d’enfant qui lit par-dessus votre épaule pour vous morigéner « Mais enfin maman Severus Snape, c’est Rogue ! », vous avez fortement intérêt à réviser les noms des héros car tous, ou presque, sont présents à un moment de la pièce. Un papier et un crayon ne seront pas inutiles et ce lexique vous rendra bien service.

3/Connaître (pas mal) l’anglais

Et oui, cela a l’air d’une lapalissade mais le fait que le livre ne soit pas traduit veut dire qu’il est écrit en anglais. Bien sûr, il s’agit d’une pièce de théâtre et donc de dialogues rend la comprenette plus facile. Accrochez-vous quand même pour les didascalies. Ou alors trouvez une bonne âme comme moi pour vous traduire la pièce en jouant tous les rôles. « Avra Kedavra, toussa »…

4/Ne pas chercher à comprendre tous les détails

Couchez les gosses et vous éviterez les « Maman, c’est quoi ce mot-là ? ». Vous pourrez alors vous concentrer sur l’essentiel sans risquer de vous décourager si la langue de Dumblemore vous semble aussi terrifiante qu’une attaque de détraqueurs. L’application dictionnaire Lingee est d’une aide précieuse en cas de gros trou.

5/S’accrocher : ça en vaut la peine

Harry is Voldemorts’s son (non, c’est une blague pour tester votre attention et votre niveau d’anglais). Sérieusement, le récit est vraiment plein rebondissements et de grosses surprises. En finissant le livre, vous pourrez faire la nique à vos potes en leur disant que vous connaissez la fin. Vous n’aurez même plus vraiment besoin d’aller voir la pièce à Londres. Tant mieux : elle se joue à guichets fermés jusqu’en 2017.