Japan Expo 2016: redjuice attend du dessin qu'il apporte «des plaisirs artistiques et masculins»

ANIME Cet illustrateur et animateur, star au Japon, est connu en France pour la trilogie du « Project Itoh »…

Caroline Vié

— 

Le dessin créé par redjuice pour les fan de la Japan Expo
Le dessin créé par redjuice pour les fan de la Japan Expo — redjuice/Project Itoh/Harmony

redjuice était tout surpris de découvrir l’enthousiasme des fans français à la Japan Expo où il anime une  conférence ce dimanche. « Je n’ai pas bien compris pourquoi on m’avait invité ni ce qui justifie la passion des Français pour mon travail mais je compte étudier la question de près en parlant au maximum de gens », avoue-t-il perplexe à 20 Minutes. Illustrateur et designer, notamment pour la trilogie de Project Itoh (premier volet distribué en France dès le 13 juillet chez @Anime), ce jeune homme timide est devenu une star au Japon.

>> A lire aussi : Pourquoi «Les chevaliers du Zodiaque» reviennent toujours à l'attaque

Créateur de filles de rêve

Il suffit de découvrir l’œuvre de ce dessinateur surdoué pour comprendre l’engouement dont il fait l’objet. Ses créatures de rêve ont de quoi faire envoûter spectateurs et studios. « Je suis un autodidacte, précise-t-il car j’ai fait mes premières armes dans l’informatique et dans les effets spéciaux avant de pouvoir gagner ma vie avec mes dessins. » Le quadragénaire est devenu connu en publiant ses croquis sur Pixiv, site communautaire pour artiste et véritable pépinière de talents.

« Il ne faut pas croire qu’il soit facile de percer, avoue-t-il. Ma notoriété ne m’a pas permis d’être mieux payé mais d’obtenir plus de commandes. » Il se consacre désormais à plein-temps à l’illustration. « Je vis bien mais tout cela reste aléatoire car je peux toucher de grosses sommes mais de façon irrégulière. » Il n’en est que plus étonné de sa reconnaissance hors du Pays du Soleil Levant.

>> A lire aussi : Les plaisirs de la chair et de la bonne chère dans le manga et le cinéma

Des influences inattendues

Fan de dessins et de cinéma, redjuice déclare avoir un faible pour certaines grosses productions américaines. « J’admire Hayao Miyazaki et Isao Takahata mais ils ne m’ont pas influencé à proprement parler. Mon style est plus marqué par les univers cinématographiques d’Iron Man, de Transformers et celui de jeux vidéo comme Streetfigther ! »

Son goût pour les très jolies filles aux traits fins, redjuice l’a cultivé en admirant les belles nées sous les crayons de Masakazu Katsura et de Yoshiyuki Sadamoto, créateur notamment d’Evangelion. « Leurs dessins m’ont apporté des plaisirs tout aussi artistiques que masculins », plaisante-t-il. Nul doute que c’est maintenant lui qui procure des émois aux fans avec ses demoiselles aux grands yeux et aux formes enchanteresses.