Faut-il bannir les smartphones pendant les concerts?

HIGH-TECH Alors qu’Apple vient de valider un brevet sur une technologie permettant d’éteindre à distance les caméras des smartphones pendant les concerts, retour sur ce vieux débat qui divise les artistes…

Annabelle Laurent

— 

Un concert à Dubaï, septembre 2015.
Un concert à Dubaï, septembre 2015. — Katch/REX Shutterstock/SIPA

Le 30 mai dernier, à Vérone, Adele s’interrompait en plein concert pour s’adresser à une fan au smartphone brandi : « Pourriez-vous arrêter de me filmer ? Parce que je suis vraiment là, vous savez, dans la vraie vie. Vous pouvez en profiter en direct et pas au travers de votre appareil. »

Si vous avez déjà eu envie de hurler à peu près la même chose dans la fosse d’un concert où se dressait subitement une armada de téléphones, vous êtes sans doute, vous aussi, partisan du « leave », soit de la sortie définitive des smartphones du territoire des salles de concert, au même titre que les bouchons de bouteilles.

Apple pourrait bien être en train d’accélérer les choses dans ce sens. Selon le site américain Patently Apple, l’autorité américaine qui délivre les brevets viendrait de valider un brevet de la firme à la pomme portant sur une technologie infrarouge qui permettrait d’éteindre, à distance, la caméra des smartphones… Placés face à des émetteurs de lumière infrarouge (sur la scène lors d’un concert, sur les murs d’un musée, à côté de l’écran dans une salle de cinéma), les smartphones interpréteraient le signal comme une commande pour désactiver la caméra, et nous empêcheraient ainsi de prendre photos ou vidéos.

« Don’t Shut Down My Phone Camera »

Si le dépôt de brevet ne signifie en rien que la technologie pourrait être intégrée aux iPhone dans un futur proche, Apple ne donnant pas suite à des milliers de brevets qu’elle dépose chaque année, c’est la suite d’une vieille histoire, qui remonte à 2011 et avait déjà provoqué à l’époque une levée de boucliers. Puisqu’il est, évidemment, question de liberté d’expression. Si la technologie permet d’interrompre les captations pendant les concerts, pourquoi ne serait-elle pas détournée lors de manifestations, par exemple ?

La coalition Save the Internet avait proposé à l’époque la pétition «Dear Apple, Don’t Shut Down My Phone Camera», très largement signée et reprise. «Des milliers de personnes ont utilisé les caméras de leurs téléphones pour témoigner des abus des gouvernements au Moyen-Orient, écrivaient les signataires. Cette technologie donnerait aux dictateurs le pouvoir de limiter les vidéos de protestation et de réprimer les citoyens en toute impunité. »

Alicia Keys contre Radiohead 

Du côté d’Apple, l’intérêt n’est ni de vous garantir un meilleur confort dans la fosse, ni de faire plaisir à Adele et son désir de connexion authentique et sans filtre avec ses fans. Les enjeux sont financiers : il s’agit de protéger les droits d’auteurs, comme l’avait rappelé Prince en poursuivant en justice, en 2014, des fans qui avaient eu le malheur de poster des vidéos prises pendant ses concerts. Après leur avoir réclamé un million de dollars chacun, le chanteur avait abdiqué en se contentant de la suppression des vidéos.

Comme lui, Alicia Keys s’est assurée le 16 juin dernier qu’aucun fan n’aurait la possibilité de filmer son concert, et ce grâce à une start-up américaine, Yondr, fournisseuse d’une solution radicale : un étui qui verrouille votre téléphone dès que vous passez le pas de la salle de spectacle. Parce qu’il est « impossible de vivre pleinement une expérience et de la documenter en même temps », considère le créateur de Yondr, dont les services ont aussi convaincu l'humoriste Louis C.K., les Lumineers ou les Guns N'Roses

Soit une position diamétralement opposée à celle d’une autre start-up, française cette fois, Evergig, fondée en 2012, et qui voulait que les artistes incitent leurs fans à brandir leurs smartphone. Elle se proposait de tirer des images amateurs les meilleurs montages possible.

Se réjouir que les captations de vidéo rendent le spectacle accessible au plus grand nombre? C’était l'option privilégiée par Radiohead le 17 juin dernier lors du festival Secret Solstice en Islande: le groupe communiquait les codes wifi en encourageant le public à diffuser le concert sur Periscope.

Afin que le monde entier puisse en profiter. Police nulle part : c’est peut-être aussi ça, la Karma Police ?