Festival, manif, foot… Qui es-tu, toi qui agites à bout de bras ton drapeau breton ?

ORIFLAMME Partout, tout le temps, qui dit « foule » dit « mec avec un Gwenn ha Du »… Festival, manif, foot…

Benjamin Chapon

— 

Un festivalier et son drapeau breton à Solidays 2016
Un festivalier et son drapeau breton à Solidays 2016 — Paidimou/instagram

Aussi sûrement que le larsen pendant les balances, les pompes maculées de bière (ou pire) et le relou qui gueule « à poil » : il sera là. En festival, concert, manif, même dans la fan-zone de l’Euro de foot, il existe un autre nuisible qui ne manque jamais à l’appel : le mec avec un drapeau breton. Tantôt accroché aux épaules, tantôt brandi avec un mât de fortune.

Pourquoi ?
Pourquoi tu fais ça ?
Rencontre avec ceux que la sociologie moderne n’a pas encore pris la peine d’étudier à leur juste valeur.

Cours de géographie pour débiles profonds

Première approche avec un spécimen détecté à Solidays. « Salut t’es breton ? T’es loin de tes côtes dis donc. » Il n’est PAS breton. Il ne boit pas de cidre, ne mange pas de galette saucisse, ne soutient pas les Merlus. Le choc.

L'omniprésence bretonne #BZH #drapeaubreton #çachauffe #paris #bretagne #solidays2016

A photo posted by @manuperigot on

« Le drapeau ? Oh, c’est un piège à filles, explique Sofiane. Y en a plein qui viennent à côté de toi quand t’as un drapeau dans le public. Tu les entends appeler leurs potes au téléphone : « Ouais, je suis à côté du mec avec le drapeau breton là. » Mais elles ne retrouvent jamais leurs potes. Et là, tu peux la draguer tranquille. » Sofiane dit avoir appris cette technique auprès d’un pote vaguement breton, « ses parents ont hérité d’une maison à La Tranche-sur-mer. » La Tranche-sur-mer, c’est en Vendée… « Ah ouais ? Je ne sais pas. Parfois, on prend un drapeau basque qu’on a acheté aux fêtes de Bayonne, mais ça marche moins bien, il est moins reconnaissable. »

Parce que Sofiane fait partie d’une bande. Son pote Théo a lui aussi un drapeau breton gigantesque qui, brandi, bouche la vue à une bonne centaine de personnes. Théo est venu avec sa copine. Pas question pour lui de draguer donc. « Mais y a pas que les meufs perdues. Souvent y a des Bretons qui viennent nous payer un coup à boire comme ça, sans raison. Ils débarquent avec des bières en gueulant « kenavo ! » »

Filles perdues et bières gratuites, cela vaut bien quelques désagréments. « Souvent, les gens gueulent parce que le drapeau leur bouche la vue, reconnaît Théo. On est un peu les relous du public c’est sûr mais si le concert est bon, les gens finissent par nous oublier et laisser tomber. »

Une identité à pas cher

S’ils sont, le plus souvent, officiellement prohibés en festival, les drapeaux sont bienvenus dans les rassemblements sportifs. Cédric se rend à la fan zone parisienne de l’Euro de foot avec son drapeau breton : « Je ne veux pas d’emmerdes avec les autres supporters alors j’ai pris mon drapeau breton. Moi je soutiens Manchester mais si je croise des Irlandais ou je ne sais pas quoi, ils vont me chambrer. Alors que tout le monde aime les Bretons. Au pire, les gens s’en foutent. » Et l’éventualité de venir sans maillot ni drapeau d’aucune équipe ? « Ouais mais non faut savoir se distinguer quand même. Moi, je viens d’Evreux. C’est chaud à assumer comme racines parce que personne ne connaît l’Eure. »

France vs. Switzerland. #Euro2016 #France #Suisse #Lille #GwennHaDu #BZH #Bretagne

A photo posted by @yoann__l on

Le jeune homme trimballe aussi son drapeau en festival. « Je l’avais pour le Rock dans tous ses états, à Evreux. C’est cool parce que du coup les gens ne stagnent pas trop derrière toi, ça donne un peu d’oxygène. » Lui aussi a constaté l’aspect fédérateur de l’étendard. « Des meufs ? Non, pas trop, plutôt des indépendantistes pénibles. Y a de plus en plus de mecs qui viennent avec des poupées gonflables roses, des trucs comme ça, pour servir de point de repères. C’est sûr qu’eux, on vient par les faire chier en gueulant « Breizh Atao » et en leur demandant s’ils viennent du Finistère ou des Côtes d’Armor. »

France 2 - 0 Albanie 15/06/16 #euro16 #FRAALB 🇫🇷 #Fierdetrebleu #BZH #Marseille #Velodrome #Football #gwennhadu

A photo posted by Nico. 🇫🇷 📍Brest (@nicocod8) on

Un symbole de fraternité et de lutte anti-fascisme

Il doit cependant exister, quelque part, des types avec des drapeaux bretons qui sont vraiment bretons. On en a finalement débusqué un. Denis, militant CGT de 52 ans et ouvrier métallurgiste, a choiside défiler contre la loi travail avec son drapeau breton. Il doit avoir des choses à dire : « Ce drapeau est le symbole de la lutte contre l’état policier liberticide, et contre l’impérialisme rampant qui a trouvé dans les nations un allié de poids. Ce drapeau signifie ma volonté de donner un nouveau sens, plus fraternel, aux frontières. »

Manifestation d'employés du ministère de la Défense à Paris en 2008
Manifestation d'employés du ministère de la Défense à Paris en 2008 - ALFRED/SIPA

Oui, bon, lui, c’est chiant. Un peu plus loin, autre drapeau breton, cette fois brandi par Mireille, 62 ans. « Tous mes enfants sont installés en Bretagne alors qu’ils ont grandi à Montrouge. C’est devenu ma deuxième maison. Le drapeau, je l’aime bien, il est joli. Dans les manifs, je trouve que ça change un peu du rouge partout. Je n’aime pas trop les masses de drapeaux identiques, ça rappelle trop les défilés fascistes. »

 Manifestation d'employés de PSA Peugeot Citroen à Paris en 2012
Manifestation d'employés de PSA Peugeot Citroen à Paris en 2012 - PRM/SIPA

Voilà. On a bien mâché le travail pour une future thèse d’anthropo exhaustive sur l’étrange pratique sociale qui consiste à brandir à bout de bras un drapeau breton.