Fun Radio: Accusé d'avoir truqué les audiences, Bruno Guillon pourrait porter plainte

RADIO Pointé du doigt par des concurrents, l’animateur de « Bruno dans la radio » affirme au « Parisien » qu’il n’a rien à se reprocher…

Fabien Randanne

— 

Bruno Guillon anime «Bruno dans la radio», la matinale de Fun Radio.
Bruno Guillon anime «Bruno dans la radio», la matinale de Fun Radio. — abacca

« Je n’ai rien à me reprocher. » Bruno Guillon, animateur de la matinale de Fun Radio est droit dans ses bottes. Ce mardi, dans les colonnes du Parisien, il réagit aux accusations des patrons de stations concurrentes (NRJ, Skyrock, NextRadioTV - RMC -, Lagardère - Europe 1, Virgin Radio, RFM) qui lui reprochent d’avoir incité les auditeurs à mentir à Médiamétrie pour gonfler ses audiences.

« J’ai fait cela sur le ton de la déconne »

« C’est comme si j’allais braquer une banque sans cagoule avec un panneau où figurent mes coordonnées », s’amuse le matinalier. « J’ai fait cela sur le ton de la déconne. C’est ubuesque de dire à un auditeur : "Et si vous n’écoutez pas dites que vous m’écoutez quand même" puisque précisément il ne m’écoute pas », rappelle Bruno Guillon.

« N’est-il pas venu à l’idée de nos concurrents que le succès de Fun relevait du travail de fond pratiqué sur l’antenne ? », insiste-t-il un peu plus loin, après avoir souligné que les audiences de Virgin Radio et France Inter ont également progressé. Alors que Fun Radio a d’ores et déjà porté plainte pour diffamation, l’animateur confie qu’il « [se] réserve le droit de porter plainte à [son] tour », « au regard des attaques répétées ». Fini de rire ?