La romancière et figure féministe Benoîte Groult est morte

DISPARITION L’auteure d'« Ainsi soit-elle » s’est éteinte à l’âge de 96 ans…

F.R. avec AFP

— 

Benoîte Groult en avril 2007.
Benoîte Groult en avril 2007. — CATHERINE GUGELMANN / AFP

Elle est décédée dans son sommeil. Benoîte Groult est morte à Hyères (Var) dans la nuit de lundi à mardi, à l’âge de 96 ans, a fait savoir sa fille, Blandine de Caunes. « Elle est morte comme elle l’a voulu, sans souffrir », a indiqué cette dernière, avant d’ajouter  : « Elle a eu une tellement belle vie. (…) Il y a le choc de la mort mais c’est mieux ainsi car elle n’allait pas très bien. »

Benoîte Groult est venue à la littérature à la quarantaine. Elle avait d’abord cosigné des livres avec sa sœur (Le Journal à quatre mains, Le Féminin pluriel, Il était deux fois…), avant de livrer son premier roman en solitaire, La Part des choses, en 1972.

Manifeste féministe

Elle était aussi connue pour son engagement féministe. En 1975, elle avait ainsi publié Ainsi soit-elle, essai virulent sur la condition imposée aux femmes, dans lequel elle dénonçait notamment les mutilations génitales. Un véritable manifeste qui s’est vendu à un million d’exemplaires et a été traduit dans de nombreuses langues.

En 1982, elle avait intégré le jury du Prix Femina. Une fonction qu'elle a occupé jusqu'en 2013.

Au milieu des années 1980, elle avait présidé les travaux de la Commission de terminologie pour la féminisation des noms de métiers, initiée par Yvette Roudy, la ministre des Droits de la femme à l’époque. 

En 2013, elle avait été faite grand officier de l’ordre national du Mérite. Son dernier livre, Ainsi soit Olympe de Gouges, est paru la même année.