Face au géant LinkedIn, ces applis qui veulent vous faire «matcher», mais pour parler boulot

RESEAUTAGE A l'ombre du géant LinkedIn racheté 26,2 milliards de dollars par Microsoft, le networking se renouvelle via des applis inspirées de Tinder, comme la française Shapr... 

Annabelle Laurent

— 

Shapr, ou le Tinder du boulot
Shapr, ou le Tinder du boulot — Shapr

« Bonjour, merci de m’ajouter à votre réseau LinkedIn ». Vous cliquez, et quatre fois sur cinq, vous froncez les sourcils : très bien, mais qui est cette personne ? Alors que le spammeur en chef de vos boîtes mail vient d’être racheté 26,2 milliards de dollars par un Microsoft impatient d’exploiter les données des 433 millions d’utilisateurs, une vague d’applications vient titiller le réseau professionnel n°1 sur son point faible : le networking. Soit les vraies rencontres, au-delà d’une addition de contacts sans suite. Elles s’inspirent pour cela du n°1 du rendez-vous en tête-à-tête : Tinder.

Quand vous identifiez une personne connue parmi vos demandes LinkedIn
Quand vous identifiez une personne connue parmi vos demandes LinkedIn - Goddard

 

It’s a match (en tout bien tout honneur)

Parmi elles, la française Shapr, lancée début 2015 simultanément à Paris et New York. A l’origine de l’application qui revendique 100.000 utilisateurs, l’équipe fondatrice du site de rencontres Attractive World, et une levée de fonds de 3,1 millions d’euros.

Le principe: un algorithme vous propose des profils en fonction de votre expérience, votre localisation, et vos centres d’intérêts. S’il vous intéresse, vous « swipez » (balayez à droite), et s’il y a intérêt mutuel, donc « match », vous pouvez prendre contact pour échanger autour d’un verre…. Les utilisateurs de Tinder auront reconnu l’inspiration directe.

Shapr, l'appli française lancée par des anciens d'Attractive World
Shapr, l'appli française lancée par des anciens d'Attractive World - Shapr

"La technologie aide à provoquer les rencontres amoureuses. Et dans la sphère professionnelle ?" 

« La technologie a beaucoup aidé à provoquer les rencontres amoureuses ces dernières années. Le tabou est tombé. Mais il reste beaucoup à faire dans la sphère professionnelle, expliquent à 20 Minutes Vincent Bobin & Thomas Bouttefort, co-fondateurs de Shapr. LinkedIn est la plus grosse CVthèque du monde, c’est un super outil. Mais ce n’est pas une interface qui crée de l’interaction ».

Le pari des fondateurs de Shapr -provoquer des rencontres informelles pour parler boulot, que vous soyez en recherche active ou non- est aussi celui de Weave, de la luxembourgeoise Cityhour, ou de Caliber, qui pariait sur un fonctionnement proche de Tinder et réorienté depuis en un «Whatsapp des pros». 

De la même manière que semble naître chaque mois un Tinder de la politique/des recettes/des plantes/de la musique, etc, pulullent depuis deux-trois ans les «Tinder des pros». Certains s'axent sur la recherche concrète d'emploi, comme Jobr ou Kudoz, le  «Tinder du recrutement» lancé par deux Français. Côté networking, Viadeo lançait l'été dernier Let's Meet. La Suisse vient aussi de lancer en avril uKonect, pour organiser des déjeuners professionnels, et «ne plus déjeuner seul». Sans compter Tinder lui-même, qui s'est allié l'été dernier avec Forbes pour lancer «Forbes under 30» et faire matcher les jeunes professionnels... 

"On n’a pas besoin d’expliquer à un Américain pourquoi il faut networker"

Le « networking », un gros mot en France

Reste qu'en France, la démarche est loin d’être ancrée dans les habitudes. Iriez-vous jusqu’à donner rendez-vous à un inconnu pour échanger sur vos vies professionnelles? 

« En France, le networking est un gros mot, concèdent les fondateur de Shapr. On n’a pas besoin d’expliquer à un Américain pourquoi il faut networker. C'est pourtant à la fois plaisant et vecteur d’opportunités. On peut prendre un café avec une personne qui n’est pas dans son secteur d’activité, passer un bon moment, et la retrouver comme partenaire, ou futur boss, deux ou trois ans plus tard».

«A Paris (seule ville où est présente l’application), il y a plus d’évangélisation à faire, poursuivent-ils. Mais les choses changent très vite. Les meet-ups se développent, la nouvelle génération est très proactive. Les applis de dating ont beaucoup aidé. Se connecter avec quelqu’un sur une appli et le rencontrer le soir même, c'était inenvisageable il y a 4-5 ans.»

Networker oui, mais avec qui ?

C’est également pour provoquer des rencontres, et en se positionnant « à l’opposé de LinkedIn » qu’est née Who is Georges, une application française qui se lancera officiellement en septembre lors d’événements d’entreprise, et repose sur l’association d’un badge connecté et d’une application pour connaître le profil des « Georges » autour de soi.

L'application Who is Georges sera lancée en septembre 2016 lors d'événements d'entreprise
L'application Who is Georges sera lancée en septembre 2016 lors d'événements d'entreprise - LesGeorges

« L’idée m’est venue au Festival de Cannes alors que je venais en tant que producteur chercher des chaînes pour préacheter une série (Lazy Company). C’était très frustrant de ne pas savoir les identifier autour de moi », explique le fondateur Grégory Tschanturia.

Adieu Linked In ?

Même s’il est conscient du pari, les événements digitalisés en étant à leur balbutiement, et le marché « pas tout à fait mûr », l’entrepreneur français est confiant : « Notre but est d’améliorer le networking le jour J, d’aller vers la poignée de mains. Les demandes d’amis sur LinkedIn vont rarement plus loin. On a eu une boulimie du digital ces dernières années, et en fait, on veut déjà en sortir : l’avenir, c’est l’humain. »

Alors adieu LinkedIn ? Pas si vite, évidemment. Beaucoup d'applications sont synchronisées avec le réseau social. Qui «reste plus utile que jamais, juge Maxime Maeght, auteur d’Etudiants, jeunes professionels : Comment construire votre réseau ? Il y a certes tant de choix et de sollicitations qu’on peut s’y perdre, mais à chacun d’ajuster ses paramètres. Sachant aussi qu’il est utile de rencontrer de nouvelles personnes, mais sans oublier d’entretenir celles qu’on connaît déjà… ». Attention à l’attrait des « It’s a match », donc. L’amour vous attend peut-être aussi sur LinkedIn. Enfin, les boulots. Pardon, on s’y perd.