Quand Whatsapp, selfies et textos envahissent les salles d’accouchements

Santé Difficile de décrocher de son téléphone, même dans les salles d’accouchement… 

Jeanne Bartoli

— 

Pour certaines mamans, accouchement ne signifie pas déconnexion.
Pour certaines mamans, accouchement ne signifie pas déconnexion. — Clara Pretot/Instagram

« Le portable ? Elles l’ont souvent dans la main quand elles arrivent en salle d’accouchement », confie Gaëlle, sage-femme au centre hospitalier de Bourges, presque étonnée par la question.

En l’espace de quelques années, les professionnels de santé ont du s’adapter : même en salle de travail, le portable n’est jamais très loin. Textos, appels, Whatsapp, Facebook, Instagram parfois même Youtube sont désormais utilisés par les futures mamans pour se connecter avec l’extérieur ou juste partager « l'expérience » avec leurs followers.

« Mon accouchement a été très long. J’ai pris 2 ou 3 selfies que j’envoyais à des amis », raconte Hélène, jeune maman de 28 ans. « Quand j’ai senti que c’était pour bientôt, j’ai envoyé des messages à ma famille pour les prévenir. »

Recevoir des messages et des encouragements peut d’ailleurs avoir un effet bénéfique pour les futures mamans. « Les femmes, notamment celles qui accouchent seules, peuvent mieux gérer leur douleur. Parler à leurs proches pendant une contraction douloureuse les tranquillise », raconte Gaëlle.  

« Donne-moi mon portable chéri »

A la maternité des Lilas, en région parisienne, les téléphones sont désormais autorisés dans les salles d’accouchement. Des smartphones souvent à portée de main, quitte à sonner en plein travail. « Le papa c’est dans la poche du jean, la maman c’est dans le sac à main. On entend régulièrement des ‘donne moi le téléphone chéri’ », raconte Christine Bouffard, sage-femme et coordinatrice des soins.

« Ce n’est ni négatif, ni positif, c’est dans l’air du temps », ajoute-t-elle. Ce qui ne l’empêche pas d’opérer des rappels à l’ordre. « Il y a des femmes qui accouchent et qui pourraient presque répondre au téléphone. On leur dit non ! »  « En général, poursuit la sage-femme, je m’en inquiète quand les mamans ne sont plus dans ce qu’elles vivent. Un texto peut faire du bien, mais il faut être dans l’instant présent et être concentrée. »

La boulimie de notifications et de like peut également se révéler dangereuse pour le bébé.  « Le téléphone, c’est pire que la télé et les mamans ne s’en rendent pas toujours compte ! », confie Christine Bouffard. « Quand elles sont fatiguées, qu’elles ont le bébé au sein et qu’elles sont au téléphone, il y a une perte d’attention énorme. » 

#accouchement

Si pour la majorité des mamans, l’utilisation du mobile se borne à quelques textos ou selfies, d’autres mettent en ligne tout leur « parcours » sur les réseaux sociaux. Le tout accompagné de hashtags parfois à la limite du douteux (#péridurale, #placenta). Instragram mais aussi Youtube deviennent alors de véritables vitrines de la naissance.

Pour la chercheuse Laurence Allard, le statut de l’intimité corporelle a commencé à changer « dès les années 1980 et l’apparition du caméscope ». L’auteure de Mythologie du portable n’y voit rien de surprenant. « Le fait de montrer sa subjectivité fait aujourd’hui partie du processus d’intégration dans la société. Plus vous partagez votre intime, plus vous êtes reconnu comme individu. » « C’est la norme sociale du moment, c’est un peu : "je publie donc je suis". »

Une envie de reconnaissance qui peut parfois « briser le moment » pour Mathilde Daulon, sage-femme à Mayotte : « Les gens sont beaucoup plus dans l’instant, il faut immortaliser, prévenir tout le monde. C’est vraiment dommage. Certains papas qui sortent téléphoner ne profitent pas des choses à partager à ce moment là. »  

Les sollicitations après la naissance, « ça n’arrête pas », confie de son côté Hélène. « Tout le monde appelle, veut des nouvelles. Mon mari m’a privée de smartphone. Il avait peur que ce soit mauvais pour notre fille. »

Dans de nombreux hôpitaux, papas et mamans sont désormais « formés » aux dangers des téléphones portables. « On rappelle qu’on ne tient pas son téléphone à côté de son bébé, qu’on ne le met pas dans le berceau. Et surtout, qu’on est toujours toujours vigilant ! », explique Christine Bouffard. Après avoir accouché, il faut savoir raccrocher.