VIDEO. Euro 2016: Le pire et le meilleur des chansons des équipes nationales

MUSIQUE Petit tour d’horizon des hymnes plus ou moins officiels de nos voisins en vue de la compétition…

Fabien Randanne
— 
Image extraite du clip de la chanson «Sa inceapa galagia!»
Image extraite du clip de la chanson «Sa inceapa galagia!» — Capture d'écran

Les valeurs du ballon rond et l’esprit d’équipe célébrés entre deux « wo-ou-wow ». C’est aussi ça, l’Euro de foot : des chansons plus ou moins officielles conçues pour faire vibrer un pays entier à l’unisson. Voici une petite sélection des morceaux qui résonnent chez nos voisins européens. Pour le pire et le meilleur.

Croatie. Les Zaprešić Boys braillent Pratim Put. Ça sonne bizarre à l’oreille, mais ça veut dire quelque chose comme « Suivre le chemin »… Le clip déborde de testostérone et de gaillards aux crânes rasés qui en imposent avec leurs bras croisés (on en a interdit de stade pour moins que ça). Non, franchement, on est aussi à l’aise devant cette vidéo que Battiston face à Schumacher lors du France – RFA de Séville.

Roumanie. En roumain, « Sa inceapa galagia ! » signifie « Commencer bruit ! » - ou « Faites du bruit ! » si l’on part du principe que Google Trad n’est pas toujours très fiable. Dans le clip, une chanteuse ose le combo body manches longues + jupe parce que pourquoi pas. Et puis ça chante pépouze sur la pelouse. De là à y voir un message caché en faveur de l’envahissement de terrain, il n’y a qu’un coup de crampon…

Suède. Au supermarché, dans la cuisine, en forêt, dans l’eau… les Suédois défilent à l’écran pour asséner leur « mitt team » (« ma team », dans la langue de Zlatan). Une manière de célébrer la diversité d’une population invitée à s’approprier leur équipe nationale tout en faisant entendre au monde toute la gutturalité de la langue. Et devinez qui apparaît tout sourire à la fin de la vidéo… Oui, lui.

Irlande. Les Irlandais nous font profiter de leur rugissement, leur Irish Roar. La chanson célèbre les heures glorieuses de la sélection en compétition internationale (un couplet suffit ceci dit pour évoquer l’épopée du Mondial 1990). La méthode Coué est totale : « Les Italiens, les Belges et les Suédois [les adversaires de l’Irlande dans la poule E] ne battront jamais les hommes en vert ». Hé oh les gars, on parle de foot, pas de rugby !

Portugal. La Fédération portugaise, elle, s’est tournée vers Pedro Abrunhosa. Cette star du pays de Cristiano Ronaldo a modifié les paroles de son tube, Tudo o que eu te dou (Tout ce que je te donne) pour le bien de la campagne « Nous ne sommes pas 11, nous sommes 11 millions. » Une union nationale symbolisée dans le clip par un supporter qui sillonne le pays à moto en traînant derrière lui des écharpes aux couleurs du Portugal nouées les une aux autres. Au mépris des règles élémentaires de Sécurité routière.

Pays de Galle. Le Pays de Galle s’est qualifié pour le premier Euro de son histoire. Ça méritait bien que les Manic Street Preachers refassent parler d’eux pour l’occasion. « Ensemble, nous sommes plus forts », dit la chanson qui rappelle que le foot c’est de la joie (un chouette parcours jusqu’en demi-finale au Mondial 1958) et de la peine. Beaucoup de peine dans le cas des Gallois qui ont été éliminés de tous les tours préliminaires des compétitions internationales jusqu’à cet Euro 2016.