Euro 2016: Six bandes dessinées pour mieux comprendre le football

SELECTION Focus sur six albums autour du ballon rond…

Olivier Mimran

— 

Super Victor, la mascotte officielle de l'Euro 2016
Super Victor, la mascotte officielle de l'Euro 2016 — B. Ferré, D. Brizuela, J. Odone & éd. Soleil 2016

À quelques heures de l’ouverture de l’Euro 2016, ceux qui n’ont jamais rien compris (si, si, ça existe !) aux règles tarabiscotées et aux enjeux du sport le plus populaire du monde sont probablement rongés par l’angoisse : que répondre au camarade de classe ou au collègue de bureau qui s’insurge contre un « péno-cadeau » accordé à CR7 ?

Ou au concierge évoquant le « hors-jeu » manifeste qui a permis à Matuidi de marquer son 17e but de la compétition ? Heureusement pour eux, la BD est un formidable médium d’apprentissage et - ô, heureux hasard - plusieurs titres récemment publiés sauront les faire passer du statut de cancre à celui d’expert ès football.

20 Minutes en a sélectionné six pour leur garantir des progrès fulgurants.

Le plus innocent

Vous connaissez Super Victor ? Si ça n’est pas le cas, ce le sera bientôt puisqu’il s’agit de la mascotte officielle de l’Euro 2016 et que vous allez en manger à toutes les sauces pendant un mois. Normal, donc, que ce gamin aux super-pouvoirs soit devenu le héros d’une BD (officielle). Laquelle raconte comment Super Victor, aidé par une ribambelle de copains et copines sympas, va tenter de retrouver le ballon de la compétition qui a été volé par un gros vilain… Vous l’aurez compris, l’album s’adresse à un (très) jeune public et, s’il ne permet pas de comprendre les règles du foot, promeut au moins ces valeurs chères au sélectionneur national que sont le courage, le partage et le fair-play.

« Euro 2016 France, la BD officielle », de Benjamin Ferré, Dario Brizuela & Joël Odone - éditions Soleil, 10,50 euros

 

Le plus politique

Avant d’être ce merveilleux sport vecteur de communion, le football est un business fructueux mais impitoyable. Parmi ses principales victimes, des milliers de gamins des quatre coins du globe victimes de recruteurs peu scrupuleux. C’est la mésaventure de deux d’entre eux que raconte Le contrepied de Foé (du nom de Marc-Vivien Foé, mort en 2003, sur le terrain, d’un accident cardiaque) : joueurs amateurs mais ultra-prometteurs, Urbain et Ahmadou se voient proposer de quitter le Cameroun pour faire carrière en France. Après que leurs proches se sont saignés pour leur payer le voyage, les deux garçons vont de désillusion en désillusion… Pas forcément très gaie, cette BD, très réaliste, a le mérite de mettre en lumière l’un des aspects les plus glauques - et les plus tus - du foot business.

« Le contrepied de Foé », de Laurent Galandon & Damien Vidal - éditions Dargaud, 19,99 euros

 

Le plus méridional

Le PSG a encore tout gagné cette année, ok. Mais, peuchère, ça n’est pas une raison pour enterrer l' OM (Olympique de Marseille). À défaut de le faire sur les terrains de Ligue 1, le club phocéen brille dans les pages de la série Droit au but (la devise de l’OM). Son treizième tome met à l’honneur Nino, un joueur de l’équipe jeune toujours en lice pour le Mondial des clubs : alors qu’ils s’apprêtent à jouer les quarts de finale, Nino se fait éreinter par la presse qui le présente comme un joueur « arrogant et prétentieux ». Aïe ! Comment le jeune prodige surmontera-t-il la pression ? Plutôt destiné aux pré-ados vivant en Provence, cet album permet de comprendre combien le football, sport-spectacle par excellence, doit parfois composer avec le quatrième pouvoir.

« Droit au but » tome 13, de Agnelo, Davoine, Garrera & Colombo - éditions Hugo BD, 10,45 euros

 

Le plus auriverde

Même les plus jeunes savent l’immense dette qu’a le football envers Edson Arantes Do Nascimento, dit Pelé. Le brésilien trois fois champion du Monde et auteur de près de 1300 buts en compétition officielle a en effet éternellement marqué l’histoire du ballon rond. Cette biographie retrace donc le parcours, de son enfance modeste dans la région de Sao Paulo à sa consécration internationale et jusqu’à ses mandats politiques et humanitaires, de la « légende Pelé ». Richement documenté, l’album éclaire sur l’homme, mais aussi sur la pratique d’un jeu subtilement différent d’un continent à l’autre.

« Le roi Pélé - L’homme et la légende », de Eddy Simon & Vincent Brascaglia - éditions 21G, 17 euros

 

Le plus déjanté

Variation « humoristique et métaphysique », cet album compile des tas d’instantanés loufoques sur et autour du football : on découvre par exemple comment le premier match entre néandertals, joué avec un petit rocher, s’est (très) mal terminé ; ou comment des SDF s’apprêtent à suivre, malgré leur situation, une compétition. Mais on assiste surtout à des dizaines de situations de jeu entre amateurs, plutôt foireuses, loin, trèèès loin du strass et des paillettes qui accompagnent les matchs de l’élite. L’ensemble ne vous permettra peut-être pas de comprendre les règles du foot, mais il vous fera immanquablement hurler de rire. Ça peut être utile, en cas de défaite prématurée des Bleus.

« Hors jeu », de Matthieu Chiara- éditions L’Agrume, 22,90 euros

 

Le plus reclassé

Ce tout petit livre n’est pas un album de BD. Pas plus qu’un livre, d’ailleurs. Il s’agit en fait d’un recueil de définitions imaginaires de termes footballistiques entendus çà et là. Exemple : « Pot-de-vin : contrairement au pot de départ, cette fête alcoolisée est donnée avant chaque élection d’un président de la FIFA ». Déjà publié en 1998 (à l’occasion de la Coupe de Monde), cet ouvrage ressort dix-huit ans plus tard dans une version enrichie (de quelques termes) mais toujours accompagnée des mêmes dessins du regretté Cabu (19 au total, couverture comprise). Plutôt à charge, fût-elle amicale, l’ouvrage comblera plutôt les détracteurs du foot que ses inconditionnels.

« Rien à foot », de Jean-Loup Chiflet & Cabu - éditions Chiflet & Cie, 10 euros