Festival Glastonbury: Un «pavillon révolutionnaire» réservé aux femmes pour la première fois

MUSIQUE Pour son édition 2016, du 22 au 26 juin, le festival anglais va inaugurer une zone réservée aux femmes...

A.Che.

— 

Des festivalières à Glastonbury, en Angleterre, le 25 juin 2015.
Des festivalières à Glastonbury, en Angleterre, le 25 juin 2015. — Guy Bell/REX/SIPA

Promouvoir l’égalité des sexes en les séparant, c’est le parti pris du festival Glastonbury, en Angleterre. Pour la première fois, les organisateurs vont réserver une zone aux femmes et à toutes celles qui « s’identifient comme des femmes », ont-ils expliqué dans un communiqué. Ce « pavillon révolutionnaire », appelé « The Sisterhood » (« Solidarité féminine »), sera aussi ouvert aux « queer, trans et personnes en situation de handicap ». Dans cette zone, toute l’équipe du festival sera 100 % féminine – de la sécurité aux artistes. La programmation de cette zone devrait être dévoilée prochainement.

Au-delà des concerts, les festivalières pourront participer à des débats et des réunions sur la diversité et l’intégration. Les organisateurs ont affirmé qu’un « espace réservé aux femmes est nécessaire dans un monde dirigé et conçu pour bénéficier principalement aux hommes. L’oppression contre les femmes se poursuit aujourd’hui dans différentes manifestations autour du monde, dans différentes cultures ».

« Mettre fin à l’oppression contre les femmes »

Avec cette « zone secrète », les organisateurs souhaitent permettre aux femmes de « se rencontrer, partager leurs histoires, s’amuser et apprennent à se soutenir dans la lutte globale pour mettre fin à l’oppression contre les femmes et les personnes marginalisées ».

Sur le compte Twitter réservé à la zone, les organisateurs affichent leur engagement en détournant des attributs du féminisme, comme ce dessin dérivé de l’affiche « We Can Do It », adoptée par les féministes dans les années 80.

Sur le réseau social, l’initiative ne fait pas l’unanimité. Un internaute a salué cette inauguration : « J’aime tellement ça. Merci @GlastoFest pour fournir un espace sécurisé pour les femmes et sensibiliser à leur représentation. » Quand d’autres internautes s’interrogeaient : « C’est ok de bannir des hommes d’un espace de Glastonbury, mais c’est mal de bannir des femmes d’un club de golf ? » Ou encore : « Je ne peux pas croire qu’il va y avoir un espace réservé aux femmes à Glastonbury. Imaginez s’ils avaient proposé un espace réservé aux hommes. » Sur Twitter et Facebook cumulés, The Sisterhood ne dépassent pas les 400 abonnés pour le moment.